La Presse Anarchiste

Tous à l’œuvre pour le Congrès

C’est les 6 et 7 octo­bre 1945 que se tien­dra à Paris, en la salle des Sociétés Savantes, 28, rue Ser­pente (métro Saint-Michel et Odéon), le con­grès con­sti­tu­tif du Mou­ve­ment libertaire.

La pre­mière séance aura lieu le 6, à 9 heures du matin. Le con­grès con­tin­uera ses travaux l’après-midi du même jour et toute la journée du lende­main,. Il est à prévoir que des séances de nuit (de 20 heures à 23 heures) auront lieu.

Le Bul­letin intérieur no 4 (« Le Lien ») en con­tien­dra l’or­dre du jour ain­si que les rap­ports essen­tiels sur lesquels les con­gres­sistes auront à se pronon­cer. Ce no 4 du « Lien » est à l’im­pres­sion et sera mis en vents courant août. On peut dès main­tenant en pass­er commande.

Nous rap­pelons qu’en rai­son de son impor­tance — car c’est lui qui décidera de l’avenir du Mou­ve­ment lib­er­taire en France — le con­grès sera ouvert à tous les lib­er­taires, quelles que soient leurs ten­dances, et organ­isé selon le plan prévu dans le Bul­letin intérieur no 3.

Dans ce même numéro du « Lien » est envis­agé un proces­sus qui per­me­t­tra à tous les mil­i­tants, même s’ils n’ont pas encore pris place par­mi nous, d’en­tr­er en con­tact avec l’or­gan­i­sa­tion et de fix­er leur atti­tude au cours de ces assises.

La dis­cus­sion s’y déroulera dans le plus large esprit de tolérance, mais aus­si sans s’éloign­er d’un réal­isme pro­pre à favoris­er l’es­sor du Mou­ve­ment et à faire pénétr­er la pen­sée lib­er­taire au sein des mass­es. Les tra­vailleurs, intel­lectuels, manuels, paysans, doivent tous être touchés par notre pro­pa­gande. Pour cela, il appar­tien­dra au con­grès de met­tre sur pied une vaste organ­i­sa­tion, tout en per­me­t­tant la libre dis­cus­sion et, en assur­ant une autonomie suff­isante du groupe dans la fédéra­tion et de l’in­di­vidu dans le groupe réal­isée par l’ap­pli­ca­tion d’un véri­ta­ble fédéral­isme, une réelle cohé­sion de tous les élé­ments lib­er­taires act­ifs au sein d’une seule fédéra­tion. C’est là la con­di­tion de notre force.

Des méth­odes périmées devront être rejetées. Il y aura lieu de recourir à des formes d’or­gan­i­sa­tion et d’ac­tion adéquates à l’époque que nous vivons. On ne saurait envis­ager notre action aujour­d’hui sous le même jour que celle menée depuis quelque quar­ante ans. Sachons nous débar­rass­er des pra­tiques qui firent notre faiblesse.

Nous deman­dons à tous ceux que nous tou­chons de nous faire par­venir leurs sug­ges­tions avant l’étab­lisse­ment défini­tif de l’or­dre du jour de ce con­grès. Qu’ils pren­nent con­nais­sance, s’ils ne l’ont pas encore fait, du « Lien » no 3 (prix 15 F., plus 2 F. pour frais d’en­voi). Qu’ils étu­di­ent égale­ment la brochure « Les lib­er­taires et le prob­lème social » (prix 15 F., plus 2 F. pour frais d’en­voi), qui est une prise de posi­tion sur tous les grands prob­lèmes qui se posent pour le mil­i­tant et le Mou­ve­ment. Qu’ils nous dis­ent ce qu’ils pensent de l’ori­en­ta­tion et du con­tenu du « Libertaire ».

Tous les secré­taires de groupes sont infor­més que, pour faciliter leur action, des tracts sont mis en vente au prix de 25 F. le cent, ain­si que des papil­lons sur papi­er gom­mé, à rai­son de 15 F. le cent. Nous dis­posons aus­si d’af­fich­es passe-partout au prix de 7 F. l’exemplaire.

La Com­mis­sion Admin­is­tra­tive du Mou­ve­ment Libertaire.