La Presse Anarchiste

Ode à la nature

Loin des moros­es rues aux cas­es rectilignes,
Sous les arbres touf­fus où chantent les oiseaux,
Le long d’une riv­ière iné­gale et sans lignes,
Je me laisse bercer par le rythme des eaux,

Dans ce cadre enchanteur, tout m’ex­alte et m’enivre ;
Je puis vagabon­der en toute liberté :
Marcher, m’asseoir, courir, m’al­longer… enfin vivre.
Ici, de l’homme absent cesse l’autorité.

Ici, je suis heureux. Que la nature est belle!…
Dans le calme sere­in de la forêt profonde
seul et pen­sif, en songeant que vers elle
Un jour je reviendrai sans regret­ter le monde.

Joseph Rémaut