La Presse Anarchiste

Éditorial

C’est avec une joie pro­fonde et non sans émo­tion qu’en ce deux­ième numéro de « Sol­i­dar­ité ouvrière » daté du 1er mai, jour de la lutte et de la sol­i­dar­ité ouvrières, nous annonçons que « Sol­i­dar­ité ouvrière », dès ce numéro, devient l’or­gane du courant anar­cho-syn­di­cal­iste et syn­di­cal­iste révo­lu­tion­naire d’ex­pres­sion française à la demande de nos cama­rades de Bel­gique et de Suisse.

Cette ori­en­ta­tion est le pre­mier pas vers une pra­tique inter­na­tion­al­iste authentique.

Les mil­i­tants de l’Al­liance n’ont jamais cher­ché à met­tre la char­rue devant les bœufs : nous avons tou­jours suivi une démarche objec­tive dans notre développe­ment, chaque chose venant en son temps.

L’im­pul­sion organ­i­sa­tion­nelle de notre ten­dance — ten­dance puis­sam­ment ancrée dans l’in­ter­na­tionale ouvrière puisque pré­cisé­ment le 1er mai 1886 les mar­tyrs de Chica­go étaient des anar­cho-syn­di­cal­istes et syn­di­cal­istes révo­lu­tion­naires : Spies, Lingg, Engel, Fis­ch­er, Par­son —, donc, cette impul­sion venant de France et nous exp­ri­mant en français, il était naturel et logique que nous retrou­vions dans un pre­mier temps les tra­vailleurs des pays d’ex­pres­sion française, tout en main­tenant des con­tacts étroits avec nos cama­rades des autres pays.

Le deux­ième pas vien­dra, car il est néces­saire face à la plan­i­fi­ca­tion de l’ex­ploita­tion cap­i­tal­iste et éta­tique européenne. Par ce deux­ième pas, nous retrou­verons nos cama­rades d’Es­pagne, d’I­tal­ie, du Por­tu­gal, de Hol­lande, d’Alle­magne, d’An­gleterre, du Luxembourg.

La per­spec­tive de l’or­gan­i­sa­tion de notre courant, au niveau européen, était une néces­sité et un espoir, elle demeure une néces­sité pres­sante et prend corps…

Notre tâche en est encore à son début et nous devons con­tin­uer à réu­nir toutes nos forces avec fer­meté et lucid­ité pour pro­mou­voir notre éman­ci­pa­tion et par­ticiper active­ment à la con­struc­tion du socialisme.

Ce pas que nous venons de faire, c’est notre façon à nous, façon pra­tique et authen­tique­ment ouvrière, de ren­dre hom­mage aux mar­tyrs de Chica­go et de célébr­er le 1er mai, jour par excel­lence de la lutte et de la sol­i­dar­ité ouvrières, tout en pour­suiv­ant notre chemin.

L’Al­liance syndicaliste.