La Presse Anarchiste

Echos

O logique

Édouard Her­riot déclare dans L’Avenir : « Dans les temps prochains, l’une des deux con­trées, Alle­magne ou France, sera con­damnée aux travaux forcés ».

Mais, quelques lignes plus loin, il réclame : « Nous voulons sim­ple­ment pou­voir tra­vailler. Un pays qui a trois cents mil­liards de for­tune et cent qua­tre-vingt mil­liards de dettes ne peut plus travailler ».

Naturelle­ment cette logique émer­veille les puis­sants dialec­ti­ciens de L’Ac­tion Française. Elle cite avec admi­ra­tion et proclame en let­tres italiques : Édouard Her­riot par­le.

Tu par­les?…

Mais, au Mar­tigues de Charles Mau­r­ras, on trou­vera peut-être que cet homme qui a peur tout ensem­ble de tra­vailler et de ne pas tra­vailler « déparle ».

Un de plus !

Voici qu’avec le print­emps les feuilles poussent. La con­tre-Révo­lu­tion inter­na­tionale s’adorne d’un organe nou­veau, qui ne met pas son pro­gramme dans sa poche, oh non ! car il s’ap­pelle La Garde Blanche… tout simplement.

À grand ren­fort d’ar­gu­ments emprun­tés pour la plu­part aux bib­lio­thèques des Pères, MM. Albert Boliengi­er, Jean de Mag­nieu et autres fol­lic­u­laires ultra-con­ser­va­teurs, par­tent en guerre con­tre la Révo­lu­tion et… les sociétés secrètes.

La thèse n’est pas neuve.. De nom­breux prêtres, moines, diacres et sous-diacres de tous béni­tiers y ont naguère travaillé.

Le plus éton­nant est que la Garde Blanche félicite Péri­cat pour sa fran­chisse, à pro­pos de l’at­ten­tat de Cottin.

Mais, nobles seigneurs de la Garde Blanche, s’il y avait beau­coup de Péri­cat en France vous pour­riez graiss­er vos bottes.

Sim­ple ques­tion à ces messieurs de la Garde Blanche : Que pensent-ils de l’ac­tion des Jésuites dans l’his­toire anci­enne, mod­erne et contemporaine ?

Phynance

Un argen­tier ital­ien, M. Luz­za­ti, vient, d’avoir une idée orig­i­nale. Il a lancé l’idée d’une grande loterie mon­di­ale pour l’amor­tisse­ment des dépens­es de guerre. Voila qui est d’une haute moralité!…

Les bil­lets de cette loterie seront rouges — naturellement!…

M. Luz­za­ti nous per­me­t­tra de lui expos­er un pro­jet financier beau­coup plus simple :

  1. Tout béné­fice de guerre, quelle qu’en soit l’o­rig­ine fera retour à la collectivité ;
  2. Toute famille pos­sé­dant, en bien meubles ou immeubles ou en valeurs une for­tune de plus de 25.000 francs par tête, ver­ra frap­per cette for­tune d’un impôt glob­al de 15%.

En ajoutant ces deux mesures à la social­i­sa­tion des mines, chemins de fer et autres grandes entre­pris­es, nul doute que soit, réglée, et, bien réglée, la ques­tion financière.

Qu’en pense M. Klotz ?

La Barricade.

Des gens bien­veil­lants, mais mal infor­més, ont sou­vent reproché aux pro­lé­taires d’avoir créé cette expres­sion belliqueuse : « Lutte de classe ».

Ces gens, que Lénine épou­vante et que Mau­r­ras ennuie, ces gens « moyens » liront avec fruit le réc­it de cer­taine réu­nion tenue par des com­merçants et des indus­triels français con­tre la taxe de luxe.

À cette réu­nion, le prési­dent, un M. Del­cros, patron con­sid­érable, n’a pas hésité a déclarer :

« Nous voulons organ­is­er une Con­fédéra­tion Gen­erale du Patronat, qui nous per­me­tte de Mar­quer à l’en­cre rouge les meneurs et les agi­ta­teurs des Bours­es du Tra­vail et de les ren­voy­er impitoyablement. »

Sans com­men­taires, n’est-ce pas?…

Joignez à cela la récente fon­da­tion de la C.G.A. (Con­fédéra­tion Générale des Agricul­teurs), sous les aus­pices des très nobles messieurs de La Tré­moille, Dior, Jon­nart, Pal­lu de La Bar­rière et con­sorts, dont le but est d’op­pos­er les pro­lé­taires des champs à ceux des villes : « Divide, ut reg­nes », et vous con­staterez que les camps se for­ment avec une net­teté de plus en plus grande.

Les efforts de la « gauche » sont inutiles pour cela, l’é­goïsme féroce de ceux de la « droite » y suf­fit amplement.

Devant ce résul­tat cer­tain, un de nos amis épris de ce genre d’e­sprit cher à notre dic­ta­teur, pro­pose d’ap­pel­er l’ini­ti­a­teur de la C.G.A. non plus Pat­tu de la Bar­rière, mais « Poilu de la Barricade»…