La Presse Anarchiste

Les courses de taureaux et les chrétiens sociaux du Nord

Dans le Nord, — domaine incon­testé du chris­tian­isme social — se présente une splen­dide occa­sion qui pour­ra nous don­ner la mesure de ce que peu­vent faire les chré­tiens soci­aux, ou plutôt, les vrais dis­ci­ples du Christ, — j’ai nom­mé les « Cor­ri­das » avec mise à mort qu’on s’ef­force d’im­planter dans la région.

Que les cours­es de tau­reaux soient un spec­ta­cle igno­ble, infâme, dépra­vant, per­son­ne n’en doute. Je ren­voie à l’ar­ti­cle de notre ami Méaly pub­lié d’autre part et je me con­tenterai d’ex­traire d’un grand quo­ti­di­en de Paris, les lignes suiv­antes pris­es dans un compte ren­du d’un de ces dégoutants spectacles :

La bête s’achar­na sur lui, exas­pérée, voy­ant rouge, lui arrachant les entrailles, lui faisant jail­lir les vis­cères. Et lorsque cette pau­vre forme humaine, déchi­quetée, dépecée, réduite à l’é­tat de bouil­lie sanglante, put enfin être emportée hors de l’arène, la foule d’hommes, de femmes, d’en­fants, ivre de joie, bat­tit des mains et accla­ma le taureau !…

Ça suf­fit, n’est-ce pas.

[|* * * *|]

Quelle a été l’ac­tiv­ité des chré­tiens soci­aux jusqu’à présent ?

Elle s’est bornée avec quelques coups de sif­flets isolés au toro­drome lors de la cor­ri­da du 25 août — avec femmes-tore­adores, s’il vous plaît — ; elle s’est bornée, dis-je :

  1. À l’af­fichage des petites éti­quettes assez spir­ituelles comme LES TAUREAUX DEMANDENT L’APPLICATION DE LA LOI GRAMMONT. —.OU SONT LES FAUVES ? DANS LES TRIBUNES, etc.
  2. À l’af­fichage de la protes­ta­tion suiv­ante, qui, elle, a eu une portée morale dont il serait injuste de mécon­naître la valeur :

[|Citoyens hon­nêtes|]

Pour l’hon­neur de notre Patrie !

Pour enray­er la démoral­i­sa­tion déjà si grande dans notre cité.

Pour con­serv­er auprès des nations envi­ron­nantes le beau renom de la galanterie française.

Nous ne lais­serons pas pass­er sous silence le fait que le 18 août des ani­maux seront mar­tyrisés et que des femmes exposeront leur vie pour l’a­muse­ment de quelques blasés.

En vain les admin­is­tra­teurs du toro­drome s’ef­forceront-ils d’ac­cli­mater chez nous ces jeux barbares.

Ils n’y réus­siront pas !

1. – Parce que le peu­ple français a encore du cœur et qu’il pro­test­era au nom de l’humanité.

2. – Parce qu’il pro­test­era au nom de la loi qui représente des siè­cles de labeurs et de luttes.

Et enfin parce que les hon­nêtes gens de tous les par­tis et les chré­tiens de toutes dénom­i­na­tions s’ab­stien­dront d’aller aux cours­es de tau­reaux et fer­ont con­tre ce sport de déca­dents, une pro­pa­gande énergique et incéssante.

Pour l’hon­neur de la France

Pour la morale et pour le Christ.

Un groupe de Chrétiens.

[|* * * *|]

Voilà ce qui a été fait.

Pou­vait-on et devait-on faire davantage ?

Il y a là, je le répète, l’oc­ca­sion de mon­tr­er ce que peu­vent faire une poignée d’hommes et de femmes imbus de l’e­sprit chré­tien. Et leurs efforts doivent ten­dre à la sup­pres­sion de ces exhi­bi­tions sanguinaires.

[|* * * *|]

Une nou­velle course a lieu le 15 sep­tem­bre. La ques­tion se résout à savoir si les chré­tiens mil­i­tants de la région la lais­seront avoir lieu.

Un mot pour terminer.

Si l’ac­tiv­ité des chré­tiens soci­aux de la con­trée obtient la sup­pres­sion des boucheries du toro­drome de Croix, qui nous dit les con­séquences prochaines ou lointaines ?

Qui sait si l’oc­ca­sion ne se présen­tera pas d’in­ter­venir dans un de ces con­flits que créent la déplorable sit­u­a­tion économique actuelle ? Qui sait même si l’in­flu­ence acquise ne per­me­t­tra pas de créer ce courant qui attire la foule vers ceux dont l’én­ergie lui paraît sincère, vers ceux qui font ce qu’ils dis­ent et qui poussent la con­vic­tion jusqu’au sac­ri­fice, jusqu’au martyre.

On peut être cer­tain que l’Ère Nou­velle s’in­téresse vive­ment à la question.

E. Armand