La Presse Anarchiste

Une tentative de rajeunissement du socialisme bourgeois : les théories de MM. Georges Valois et consorts

Plusieurs d’en­tre nous ont reçu, comme sans doute bien d’autres indi­vidus que rien ne désig­nait par­ti­c­ulière­ment pour cela, les numéros-pro­grammes du nou­veau jour­nal de M. Georges Val­ois, Chantiers Coopérat­ifs. Ces envois étaient accom­pa­g­nés de cir­cu­laires nous invi­tant à sign­er divers man­i­festes et à souscrire des actions (!) des­tinées à assur­er le finance­ment du nou­v­el organe. Tout en nous réser­vant de cri­ti­quer ultérieure­ment sur tous les ter­rains où cela sera jugé néces­saire l’idéolo­gie et la ligne de con­duite de M. Georges Val­ois et de ses amis, nous avons jugé bon, sans plus atten­dre, de trac­er une délim­i­ta­tion générale entre le ter­rain de l’ac­tion. directe pro­lé­tari­enne comme moyen de trans­for­ma­tion sociale, et de ce que nous con­sid­érons comme le dernier effort du social­isme bour­geois. Nous avons con­fié ce soin à l’un de nos meilleurs cama­rades, Michel B. La pre­mière des études cri­tiques qu’il a con­sacrée à trac­er dans le social­isme une fron­tière de classe se trou­ve donc d’in­au­gur­er la série des cor­re­spon­dances, d’in­for­ma­tion et de dis­cus­sion que nous ouvrons dans ces colonnes aux expres­sions divers­es de la con­science prolétarienne.

Le groupe initiateur.