La Presse Anarchiste

À propos des formes du pluriel dans les langues internationales

Le numéro de juin de « Mon­di Lin­guo » con­tient d’in­téres­sants détails sur la for­ma­tion du pluriel dans les dif­férents dialectes de la Langue Inter­na­tionale. Nous résumons l’ar­ti­cle qui les con­tient en marge de toute polémique. 

  1. Les finales AJ, OJ de l’E­spéran­to ont été évidem­ment emprun­tées au grec clas­sique ; on ne les ren­con­tre dans aucune langue moderne.
  2. La finale I de l’Id­iom Neu­tral et de l’I­do est assez inter­na­tionale. Elle est com­mune, dans la pra­tique, à tous les idiomes de l’Eu­rope ori­en­tale, de l’i­tal­ien, du grec mod­erne et du roumain au russe. 
  3. La finale N de l’U­nilingue, de l’An­ti­do et du Noves­peran­to peut se réclamer d’un emploi uni­versel : elle va de l’Eu­rope septen­tri­onale et cen­trale aux dif­férents dialectes arabes, au per­san et à l’hin­douis­tan ; on la trou­ve à titre spo­radique en anglais, etc. Le pluriel san­scrit se ter­mine par ni.
  4. La finale S, AS est très anci­enne et est com­mune à toutes les langues aryennes clas­siques, elle s’emploie des côtes de l’Eu­rope occi­den­tale à l’Aus­tralie ; elle est panat­lan­tique et exclu­sive­ment panaméri­caine. Elle est courante en anglais, en espag­nol, en français, en por­tu­gais. Le néer­landais la con­naît. Mod­i­fiée en R, on la ren­con­tre égale­ment en alle­mand et dans les langues scandinaves. 

Cette finale S comme mar­que du pluriel est employée en Volapük, Mundolingue, Uni­ver­sal, Lati­no sine flex­ione, Romanal, Occi­den­tal, Medi­al, Monario, Novi­la­tine, Mundi­latin, Novial, Mon­di Linguo.

À not­er qu’as est la prin­ci­pale forme du pluriel san­scrit ; les pluriels neu­tres, en grec, en latin et en russe se ter­mi­nent par a. On trou­ve en arabe une ter­mi­nai­son al, et ha en per­san, pour le pluriel féminin.