La Presse Anarchiste

Le préjugé du pigment cutané

Ah ! ce préjugé de couleur de peau, qui en délivr­era les blancs ? 

Dans Time du 8 juil­let dernier une Améri­caine de peau blanche mar­iée à un homme de couleur en est encore à défendre le droit de cohab­iter avec la per­son­ne à laque­lle on s’u­nit, quelle que soit la race. Elle voudrait que les Améri­cains se ren­dent compte qu’on juge les per­son­nes sur ce qu’ils sont et font indi­vidu­elle­ment, choses qui dépen­dent d’elles, et non sur la couleur de leur peau, acci­dent qui ne dépend pas de leur volon­té. Sur les 13 mil­lions de « nègres » qui rési­dent aux États-Unis, le cinquième ne sont pas d’ailleurs de purs nègres et les dix mil­lions qui restent ne sont pas tous le pro­duit de femmes blanch­es ayant couché avec des noirs. Il y a aus­si le con­traire. Dans le Sud des États-Unis, la cou­tume sem­ble être : « on veut bien couch­er avec eux ou avec elles, mais non s’y unir ». Et cette blanche de con­clure : « Per­son­nelle­ment j’ai tou­jours pen­sé que lorsqu’on juge une per­son­ne bonne pour couch­er avec, on lui doit le respect, l’es­time, l’amour le plus grand. »