La Presse Anarchiste

D’un certain individualisme

Il Popo­lo d’I­talia pub­li­ait récem­ment le texte d’un télé­gramme daté de Catane (Sicile) adressé par le Com­man­deur Mas­si­mo Roc­ca au Prési­dent du Con­seil, l’honor­able Mus­soli­ni, télé­gramme dont voici la teneur : « Résumé des obser­va­tions sur le front lav­ique : Sur la route provin­ciale l’a­vance de la lave est presque nulle. » Si ce télé­gramme ne présente d’ex­tra­or­di­naire à la lec­ture que sa grandil­o­quence, son sig­nataire n’est pas un incon­nu pour nous : il n’est autre que notre ancien ami indi­vid­u­al­iste Libero Tan­cre­di, un écrivain doué d’une intel­li­gence remar­quable, dont nous avons traduit des études très intéres­santes sur l’é­conomie poli­tique, qu’on n’avait pas cou­tume de ren­con­tr­er dans nos publications.

Libero Tan­cre­di rompit avec la plu­part de ses amis intel­lectuels quand la guerre de 1914–1918 écla­ta. Il se mon­tra par­ti­san acharné de l’in­ter­ven­tion ital­i­enne aux côtés des alliés. Il ridi­culisa la méta­physique, les vieilles barbes de l’a­n­ar­chisme. Et sa polémique était cinglante. D’ailleurs il s’engagea.

Son retourne­ment de veste lui a valu le titre de Com­man­deur de Sa Majesté Emmanuel III et un poste où il est gardé, sur­veil­lé et respec­té par les policiers. Il a par­cou­ru du chemin, comme on voit.

Les com­pagnons ital­iens n’ont plus rien à nous envi­er, à nous autres. Un Libero Tan­cre­di enlisé dans le mus­solin­isme com­pense un Le Rétif envasé jusqu’au cou dans le soviétisme.

Can­dide

Le Com­man­deur Mas­si­mo Roc­ca était mem­bre de la direc­tion du Par­ti, chef du groupe des com­pé­tences, mem­bre du grand Con­seil fas­ciste. C’est en ces qual­ités qu’aux côtés du min­istre Caraz­za, du Préfet de Catane, de députés siciliens et d’of­ficiers supérieurs il reçut lors de sa vis­ite aux régions dévastées par l’érup­tion de l’Et­na « le Lion d’I­tal­ie ». Des nou­velles ultérieures nous font savoir que Roc­ca vient d’être expul­sé du par­ti par la junte exéc­u­tive fas­ciste sous mobile d’indis­ci­pline grave et d’indig­nité poli­tique. Il ne faut voir là qu’un épisode de la lutte entre « fas­cistes » et « mussolinistes ».

C.