La Presse Anarchiste

À travers le monde

Le syn­di­cal­isme sem­ble pren­dre une forme plus per­son­nelle et plus indépen­dante des par­tis poli­tiques, cela au plus grand dés­espoir des politi­ciens, dont l’am­bi­tion ne peut attein­dre ses buts que par l’asservisse­ment du tra­vail organ­isé sous une dic­tature de for­mules et règle­ments, faits à l’emporte-pièce, qui sont, pour les tra­vailleurs amoureux de leur indépen­dance, de vrais car­cans dont ils désirent se débar­rass­er au plus vite.

À Valence, une des plus belles régions espag­noles, se man­i­fes­tait récem­ment un mou­ve­ment syn­di­cal­iste con­tre lequel on a fait la con­spir­a­tion du silence, à cause de ses ten­dances trop libertaires.

Aujour­d’hui, c’est dans les régions minières de la Bis­caye, ou a dom­iné pen­dant des années l’élé­ment marx­iste, que le syn­di­cal­isme vient de faire preuve d’un esprit d’indépen­dance en s’af­fran­chissant des for­mules trop suran­nées de l’au­tori­tarisme et de la bureau­cratie social­isante. En toute prob­a­bil­ité ; nous com­prenons que les anar­chistes, qui furent jadis l’âme du mou­ve­ment révo­lu­tion­naire espag­nol, ont con­cen­tré leur activ­ité dans les organ­i­sa­tions ouvrières, cela non sans un suc­cès appar­ent. Nous pen­sons pou­voir bien­tôt par­ler de ce mou­ve­ment avec plus de détails et de précision.