La Presse Anarchiste

Etudes ouvrières

Le Secré­tari­at de l’As­so­ci­a­tion Inter­na­tionale des Tra­vailleurs (Inter­na­tionale Syn­di­cal­iste Révo­lu­tion­naire antié­tatiste, fondée en décem­bre 1922 au Con­grès Inter­na­tion­al des Syn­di­cal­istes révo­lu­tion­naires, tenu à Berlin), vient de pub­li­er une note sur une « Sta­tis­tique Inter­na­tionale des Con­di­tions de Tra­vail dans les dif­férents pays » dont nous extrayons les pas­sages suivants :

« Le quo­ti­di­en de l’or­gan­i­sa­tion syn­di­cal­iste de Suède, Arbetaren, vient de pro­pos­er l’élab­o­ra­tion d’une sta­tis­tique exacte des con­di­tions de tra­vail (salaires, durée du tra­vail, per­mis­sions et autres con­quêtes de la classe ouvrière). Une telle sta­tis­tique sur une échelle inter­na­tionale aurait cet avan­tage que les ouvri­ers ne seraient pas, en présen­tant leurs reven­di­ca­tions aux patrons, à la mer­ci des sta­tis­tiques cap­i­tal­istes. Les ouvri­ers seraient aus­si en état de cor­riger les fauss­es com­mu­ni­ca­tions de la presse patronale sur la sit­u­a­tion de la classe ouvrière dans les autres pays. Dans les pays où les con­di­tions de tra­vail et de la vie économique des tra­vailleurs sont mau­vais­es, toutes indi­ca­tions sur les meilleures con­di­tions dans d’autres pays, servi­raient d’en­cour­age­ment pour la con­quête de meilleures con­di­tions chez soi…

« Que toutes les sec­tions de l’A.I.T. pré­par­ent, par l’in­ter­mé­di­aire de leurs syn­di­cats locaux, les don­nées trimestrielles sur les salaires, les durées de tra­vail, le tra­vail par pièce, etc., de façon à ce que ces tables présen­tent claire­ment le nom­bre de tra­vailleurs qui jouis­sent de la journée de huit ou de six heures, le nom­bre de ceux qui tra­vail­lent à la pièce ou au salaire fixe et à quoi ils tra­vail­lent, et l’on aurait en main une aide de grande valeur pour le pro­lé­tari­at en lutte. »

Les don­nées seraient certes de très grande impor­tance. Mais ne serait-ce pas plus pra­tique — et n’é­conomis­erait-on pas du temps — si le Secré­tari­at de l’A.I.T., qui pos­sède cer­taine­ment une idée générale des con­di­tions dans les dif­férents pays, pré­parait, au préal­able, une table sta­tis­tique que les organ­i­sa­tions locales ou nationales pour­raient rem­plir péri­odique­ment et lui ren­voy­er pour com­pi­la­tion et études ?

[|* * * *|]

L’A.I.T., dont nous venons de par­ler, vient de pren­dre à son sec­ond Con­grès (tenu à Ams­ter­dam en mars 1925) une déci­sion très intéres­sante sur la ques­tion d’é­tudes ouvrières. Voici le texte de la réso­lu­tion du Con­grès à ce sujet :

« Con­sid­érant que le développe­ment de la crise mon­di­ale met de plus en plus le pro­lé­tari­at de tous les pays aux pris­es avec une solu­tion pra­tique des prob­lèmes poli­tiques et économiques qui con­duirait à l’é­man­ci­pa­tion inté­grale des travailleurs ;

« Que l’é­tude de ces prob­lèmes devient par là une des tâch­es les plus urgentes du mou­ve­ment ouvri­er révolutionnaire ;

« Le deux­ième Con­grès de l’A.I.T. décide de créer une Com­mis­sion Inter­na­tionale d’É­tudes, dont le but sera :

« D’éla­bor­er une série de mono­gra­phies sur les dif­férents aspects du mou­ve­ment ouvri­er, de la lutte con­tre le cap­i­tal­isme mon­di­al et des solu­tions des prob­lèmes poli­tiques, économiques et soci­aux qui se posent devant le pro­lé­tari­at en lutte pour le com­mu­nisme libertaire ;

« Le Secré­tari­at est chargé de pren­dre toutes les mesures pour la pub­li­ca­tion de ces mono­gra­phies, directe­ment ou par l’in­ter­mé­di­aire des cen­trales nationales, en autant de langues que possible. »

C’est la pre­mière fois, croyons-nous, qu’une organ­i­sa­tion syn­di­cal­iste anti-étatiste pose le prob­lème dans toute son éten­due et entre­prend la pub­li­ca­tion régulière d’une série d’é­tudes sur l’or­gan­i­sa­tion con­crète de la Révo­lu­tion Sociale.

Il ne reste qu’à espér­er que la déci­sion du Con­grès de l’A.I.T. soit plus qu’un vœu de délégués et ne reste pas let­tre morte.

[|* * * *|]

Nous par­lerons à une autre occa­sion de la « Con­sul­ta­tion Mon­di­ale sur les Tâch­es de l’A­n­ar­chisme avant, durant et après la Révo­lu­tion », entre­prise par la Revue Inter­na­tionale Anarchiste.

[/A. S./]