La Presse Anarchiste

Le nouveau Conseil général

On lit dans l’Inter­na­tionale de Bruxelles :

Le mou­ve­ment anti-autori­taire est tou­jours en bonne voie. Les nou­velles des divers­es con­trées où l’As­so­ci­a­tion compte le plus grand nom­bre de mem­bres sont excel­lentes ; et bien­tôt, sans doute, on aura com­plète­ment oublié qu’il existe à New-York un Con­seil général héri­ti­er de celui de Lon­dres et des vues poli­tiques des hommes qui le com­po­saient. Dans quelque temps, se ren­dant mieux compte des con­séquences du Con­grès de La Haye, on recon­naî­tra qu’il s’y est fait au moins un tra­vail utile et salu­taire : la divi­sion nette et pré­cise des poli­tiqueurs et des autori­taires, d’un côté, et de l’autre, des tra­vailleurs qui veu­lent la Révo­lu­tion sociale, et qui ne veu­lent pas autre chose.

Pour ses débuts sur le nou­veau con­ti­nent, le Con­seil de New-York joue de mal­heur : l’autre jour, c’é­tait le com­pagnon David qui annonçait son refus de siéger au Con­seil général. Aujour­d’hui, c’est le citoyen Ward qui fait dans le Social­iste la même déc­la­ra­tion. La majorité de La Haye va sans doute réfléchir un peu tard aux incon­vénients qu’il y a à nom­mer des citoyens sans leur con­sen­te­ment. Ce n’est certes pas nous qui songerons à nous en plaindre.