La Presse Anarchiste

Les Artistes indépendants

Il fau­dra bien quelque jour écrire l’histoire de cette Asso­ci­a­tion pour la lib­erté de pein­dre. Quand les con­cepts de l’égalité économique auront tri­om­phé des formes caduques de la Société organ­isée, on s’apercevra du rôle impor­tant joué par les « Indépen­dants », et l’on dis­cern­era mieux les secrètes affinités qui les relient à l’universelle ten­dance libertaire.

Leur 31e Salon est une écla­tante jus­ti­fi­ca­tion de la devise révo­lu­tion­naire des ini­ti­a­teurs : « Pas de jury, pas de récom­pense. » On y peut aller comme à la décou­verte. Mais il faut aimer la pein­ture. Alors, on éprou­ve une sorte d’allégresse, il se dégage une impres­sion très saine de cet effort col­lec­tif fait de tant d’efforts per­son­nels, sou­vent sincères, par­fois réal­isés, presque tou­jours intéressants.

Le cadre de notre Revue ne per­met pas un compte ren­du détail­lé. Les artistes que nous aimons sont belle­ment représen­tés. En citant seule­ment leurs noms, on s’exposerait au reproche d’injustice, car, à côté d’eux, le nom­bre est grand de ceux qu’il faudrait, sinon louer, du moins encourager.

L’exposition est ouverte jusqu’au 20 févri­er. On y passe des heures réconfortantes.
 
[/Auguste Bertrand./]