La Presse Anarchiste

Chez les bolchevistes

Que se passe-t-il en Russie ?

Sans ajouter foi a toutes les dépêch­es lancées de Riga, de Reval, etc., par des agences sus­pectes, il n’est pas dou­teux qu’une grande crise, latente depuis longtemps, vient d’é­clater en Russie. La mort de Dzer­jin­s­ki a ouvert la phase ultime de cette, lutte qui met aux pris­es les clans rivaux qui se dis­putent le pouvoir.

À Staline et Boukharine, qui représen­tent la frac­tion au pou­voir, se heur­tent, pour des raisons divers­es, Zinoviev, Trot­sky, Chli­ap­nikof, Lachevitch, Kroup­skaïa (la veuve de Lénine), et Medviedev.

Alliance bizarre de forces de droite et de gauche, d’op­po­si­tion com­mu­niste et ouvrière, sans qu’on sache au juste ce qu’est cette dernière.

Dans cette oppo­si­tion se coudoient égale­ment les par­ti­sans et les adver­saires du Kom­intern et du Profin­ten ; les uns veu­lent trans­porter le Kom­intern à l’é­tranger, les autres veu­lent le faire dis­paraître, pen­dant que Med­viedev est par­ti­san, lui, de la dis­pari­tion de l’I.S.R. et de la ren­trée des syn­di­cats russ­es à Amsterdam.

Quoi qu’il en soit, la crise actuelle met en cause le car­ac­tère du régime russe et pose même la ques­tion de son existence.

Et il sem­ble bien que la Russie, après la France, assiste à la lutte des Robe­spier­ristes et des Dantonistes.

Ver­rons-nous aus­si là-bas le Direc­toire, le Con­sulat et l’Em­pire… ou la République démoc­ra­tique à la Poin­caré ou à la Herriot ?…

Ce n’est, mal­heureuse­ment, pas impossible.

Et dire que c’est pour réalis­er cela qu’on nous aura traités à gueule que veux-tu de petits-bourgeois.

C’est triste, infin­i­ment triste !

Pourquoi le Congrès des Soviets n’a-t-il pas lieu cette année ?

Con­sti­tu­tion­nelle­ment,. le Con­grès des Sovi­ets devait avoir lieu, cette année, en sep­tem­bre ou octobre.

Or Staline, prési­dent du Con­seil des Com­mis­saires du peu­ple, vient de faire paraître un décret qui remet le Con­grès au print­emps 1927.

Pourquoi ce retard ?

Parce que la Russie, en dépit des démen­tis pub­liés par les ambas­sades sovié­tiques à l’é­tranger, tra­verse une très grave crise de régime.

Les gens en place sont inqui­ets de la force et de l’am­pleur de l’op­po­si­tion au pou­voir. Les élec­tions, défa­vor­ables aux com­mu­nistes, font crain­dre, si le mécon­tente­ment est exploité par les frac­tions Zinoview-Trot­sky, que le Con­grès ne soit net­te­ment con­tre la poli­tique gou­verne­men­tale actuelle.

C’est d’ailleurs reculer pour mieux, sauter. Le peu­ple, la classe ouvrière, trompés et dupés, ne veu­lent plus d’un régime qui ne leur a apporté ni le bien-être ni la liberté.

Ils le jet­teront bas. La deux­ième révo­lu­tion est déjà en marche. Rien ne l’ar­rêtera désormais.

Apprê­tons-nous ici à aider les ouvri­ers russ­es à se libér­er de tous les par­tis poli­tique : bolcheviste, mencheviste, démoc­rate ou tzariste.

Mal­gré toutes les per­sé­cu­tions et le règne de la Tché­ka pour­voyeuse de pris­ons et dis­trib­utrice d’ex­ils admin­is­trat­ifs, c’est le syn­di­cal­isme antié­tatiste qui, en défini­tive, tri­om­phera en Russie, comme partout.

Et ça ne tardera guère !