La Presse Anarchiste

Manifeste

Notre Revue cor­re­spond à une nécessité.

Il n’ex­iste pas en France de Revue de jeunes indépen­dante, inter­na­tionale, con­sacrée à des études révolutionnaires.

Les organes de la plu­part des mou­ve­ments de jeunes sont sous la tutelle des par­tis adultes et subis­sent le con­formisme doc­tri­nal et tac­tique de ceux-ci.

Cepen­dant, dans tous les par­tis social­istes, ouvri­ers, révo­lu­tion­naires, nom­breux sont les jeunes qui cherchent à échap­per aux sys­tèmes périmés de leurs anciens, à la dis­ci­pline bureau­cra­tique de leurs ainés.

De même, à l’in­térieur ou en marge des ten­dances offi­cielles, des révo­lu­tion­naires sincères_ et hon­nêtes rejet­tent les cré­dos et les catéchismes vieil­lis pour rechercher une inter­pré­ta­tion des faits et une méth­ode d’ac­tion qui tiendraient compte des fac­teurs nou­veaux que les événe­ments de notre siè­cle ont révélés et dont ils subis­sent l’influence.

De plus en plus, les dif­férentes écoles social­istes parais­sent répon­dre insuff­isam­ment aux prob­lèmes actuels. Chaque frac­tion du mou­ve­ment social­iste présente un sys­tème plus ou moins cohérent, mais que la réal­ité démolit par­tielle­ment ou totale­ment au fur et a mesure que les événe­ments les éprouvent.

Réformisme, bolchevisme, syn­di­cal­isme, anar­chisme, sont des doc­trines dont les dogmes ne sont plus entiers pour aucun mil­i­tant. Il est temps de révis­er l’ensem­ble de nos con­cep­tions social­istes et révo­lu­tion­naires par une étude fraiche de la réal­ité d’hi­er et d’aujourd’hui.

Notre but est de voir Révi­sion devenir un cen­tre de ral­liement, un point de con­tact pos­si­ble entre tous ceux qui, sous des éti­quettes dif­férentes, pensent et lut­tent dans une mène direc­tion : un social­isme libre et humain, un social­isme lib­er­taire. Nous enten­dons par lib­er­taires tous les révo­lu­tion­naires qui se refusent à nég­liger le côté humain du social­isme et qui ne conçoivent la lutte sociale et la société nou­velle que sur les bases d’une démoc­ra­tie véritable.

Notre Revue sera indépen­dante du con­trôle de toute organ­i­sa­tion, comité ou par­ti. Nous pour­rons donc cri­ti­quer ouverte­ment la poli­tique incer­taine et lâche des dirigeants de la IIe Internationale ;

La poli­tique de trahi­son de la IIIe qui aboutit en U.R.S.S. à la dic­tature stal­in­i­enne et à des par­tis com­mu­nistes qui ne représen­tent, mal­gré leurs bases ouvrières et par le manque de démoc­ra­tie intérieure, que des ambas­sades et des suc­cur­sales de l’im­péri­al­isme soviétique ;

Le doc­tri­nal­isme hyper­cri­tique et stérile des divers­es oppo­si­tions communistes ;

L’op­por­tunisme et le purisme qu’on trou­ve étroite­ment asso­ciés dans cer­taines ten­dances anarchistes.

Mais nous ne fer­ons pas seule­ment un tra­vail de cri­tique. Nous voulons abor­der d’une façon pré­cise et con­crète les mul­ti­ples prob­lèmes posés par l’in­sur­rec­tion et l’or­gan­i­sa­tion révo­lu­tion­naires. Nous essaierons de rechercher les solu­tions lib­er­taires à la révo­lu­tion en rap­port avec la sit­u­a­tion poli­tique et sociale d’un avenir proche, dans le cadre des forces réelles existantes.

La Revue donc ne sera pas d’ac­tu­al­ité, dans ce sens qu’elle évit­era de suiv­re point par point les événe­ments du jour. Au con­traire, nous voulons don­ner une série de tableaux syn­thé­tiques de la sit­u­a­tion poli­tique, économique et sociale dans les dif­férents pays : en Espagne, riche d’ex­péri­ences, en Russie où est née et se développe une classe exploiteuse nou­velle ; en Alle­magne et en Ital­ie où le cap­i­tal­isme se survit en mod­i­fi­ant sa struc­ture ; en France, où nous nous attacherons à étudi­er les prob­lèmes par­ti­c­uliers que pour­ra soulever une révo­lu­tion dam ce pays, et les prob­lèmes d’une actu­al­ité brûlante tels que celui de la ques­tion coloniale.

Ce tra­vail ne peut s’ac­com­plir que grâce à des équipes de jeunes qui se refusent à train­er les préjugés des épo­ques loin­taines, qui repoussent les solu­tions méta­physiques ou morales don­nées aux prob­lèmes soci­aux et veu­lent se plac­er unique­ment sur un plan sci­en­tifique et humanitaire.

Nous voudri­ons donc faire le moins pos­si­ble appel à la col­lab­o­ra­tion des « offi­ciels » des organ­i­sa­tions que le patri­o­tisme de par­ti rend trop sou­vent inca­pables de don­ner des études objec­tives des prob­lèmes. Nous ne voulons pas nier leur com­pé­tence, mais nous pen­sons nous dégager ain­si de quan­tité de dogmes et de principes aux­quels cha­cun se rac­croche, bien que les faits les con­tre­dis­ent chaque jour. Les jeunes auront donc ain­si la pos­si­bil­ité de faire enten­dre leur voix. Mais il va sans dire, que les mil­i­tants pour qui les expéri­ences d’après-guerre ne sont pas restées let­tre morte auront place dans cette Revue.

Nous ne jus­ti­fierons que plus tard le car­ac­tère d’in­ter­nalionale que nous voulons don­ner à la Revue, au fur et à mesure que nous pour­rons nous met­tre en rela­tions avec d’autres groupe­ments ou noy­aux que l’ex­péri­ence a placés dans le même état d’e­sprit que nous, à qui elle a imposé les mêmes inquié­tudes, qu’elle a poussés à des recherch­es iden­tiques, et dont l’ex­is­tence se man­i­feste au sein de dif­férente courants d’ex­trême-gauche. Ces rela­tions sont d’au­tant plus néces­saires que les mil­i­tants restent le plus sou­vent igno­rants des mou­ve­ments et recherch­es dans le monde, igno­rants de la com­plex­ité des problèmes.

Nous espérons enfin qu’au tra­vers de ces doc­u­ments rassem­blés, de ces analy­ses d’ex­péri­ences mul­ti­ples, à la suite de ces études faites en col­lab­o­ra­tion, dans un libre esprit de dis­cus­sion et de recherche de la vérité, un courant révo­lu­tion­naire libéré des boulets de la tra­di­tion et de l’u­ni­forme des con­formismes pour­ra, sur­gir. Nous faisons appel à tous les jeunes, com­bat­tifs et clair­voy­ants, pour nous aider dans notre tâche.

Ont signé :

Marie-Louise berneri, des Étu­di­ants Lib­er­taires ; Suzanne Broi­do, des Étu­di­ants Lib­er­taires ; Luc Dau­rat, de la Jeunesse Anar­chiste Com­mu­niste ; René Dumont, de l’U­nion Anar­chiste ; Gre­ta jumin, ex-mem­bre des Jeuness­es Com­mu­nistes ; Marester, de la Jeunesse Anar­chiste Com­mu­niste ; Jean Meier, de la Fédéra­tion Autonome des jeuness­es Social­istes ; Jean Rabaud, des Étu­di­ants Social­istes ; Charles Ridel, de la Jeunesse Anar­chiste Com­mu­niste ; Sejourne, exclu des J.E.U.N.E.S.