La Presse Anarchiste

La construction de l’ORA : quelques thèmes de recherche historique

L’ab­sence d’or­gan­i­sa­tion chez les anar­chistes est imman­quable­ment liée à l’ab­sence de vie idéologique, à part quelques travaux isolés. Les groupes faibles, épars et scep­tiques n’ont à leur dis­po­si­tion que des rudi­ments théoriques qu’ils sont le plus sou­vent inca­pables d’ap­pli­quer à la réal­ité con­crète d’une sit­u­a­tion. Une organ­i­sa­tion anar­chiste n’est pas un regroupe­ment formel d’in­di­vidus affini­taires sans base sociale, sans secteur d’in­ter­ven­tion, sans lien avec les mou­ve­ments de masse qui para­chutent leurs ini­tia­tives chaque fois qu’une action quel­conque se développe. Au con­traire, elle fait intime­ment par­tie de la réal­ité sociale. C’est au sein de cette réal­ité qu’elle puise son énergie, développe ses posi­tions théoriques et tac­tiques et agit. Dans le cadre de l’éd­i­fi­ca­tion de l’O­RA, l’analyse idéologique doit avoir une place priv­ilégiée, car si elle en est privée, notre organ­i­sa­tion sera imman­quable­ment mort-née. Pour ce tra­vail nous requérons la par­tic­i­pa­tion et l’œu­vre de tous les cama­rades intéressés et qui en sen­tent la néces­sité. À l’heure actuelle, notre atten­tion doit se porter sur un cer­tain nom­bre de théories qui sont en train d’oc­cu­per une place priv­ilégiée et par rap­port aux­quels il importe de nous définir :ain­si l’au­to­ges­tion, les nou­velles formes de la lutte des class­es, le mou­ve­ment syn­di­cal face à l’évo­lu­tion des grands appareils, toutes les formes de la mis­ère et de la révolte des indi­vidus à l’heure actuelle.

D’autre part, dans ce con­texte, des cama­rades de Paris envis­agent pour « créer une ému­la­tion théorique au moyen de débats idéologiques » de dis­cuter un cer­tain nom­bre de théories his­toriques ou con­tem­po­raines, glob­ale­ment et dans le détail :

  1. La lutte des class­es (qu’est-ce qu’une classe sociale ?Existe-t-il une nou­velle classe ouvrière ?).
  2. Les Révo­lu­tions à la lueur de la lutte des class­es :Spar­ta­cus et les guer­res serviles ;les jacqueries et l’é­tat féo­dal. 2 types de révoltes liées à 2 économies différentes.
  3. La Révo­lu­tion Bour­geoise. 1789―1791.Voir l’ex­cel­lent « La lutte des class­es sous la Ière République » de Daniel Guerin. Bour­geois et bras nus.
  4. Dernières révo­lu­tions bour­geois­es. Le cap­i­tal­isme ;les pre­miers développe­ment des con­flits Bourgeoisie-Prolétariat.
  5. 1864 : Ière Inter­na­tionale. Le social­isme. Marx et Bak­ou­nine. 1871 :1a Com­mune. Son écrasement.
  6. La CGT. La Charte d’Amiens. Les ten­dances du syn­di­cal­isme en 14 (influ­ence anar­chiste, des par­tis « ouvri­ers », du réformisme). L’a­n­ar­cho-syn­di­cal­isme. Les anar­chistes dans le mou­ve­ment ouvri­er d’au­jour­d’hui (CNT, etc.).
  7. Russie 1905―17. Les anar­chistes en Russie, le bolchévisme ; Lénine ; Trot­sky ; Staline ; Cron­stadt ; l’Ukraine Makhno­viste. La bolchévi­sa­tion du mou­ve­ment ouvri­er inter­na­tion­al (par­tis, syn­di­cats, CGTU…). Les Spar­tak­istes en Alle­magne ; le Lux­em­bour­gisme ; le « Gauchisme » ; les Soci­aux-démoc­rates ; les Anar­chistes (Bav­ière). Les con­seils ouvri­ers en Ital­ie (1920–21, l’USI ; Malatesta.)
  8. La Révo­lu­tion Espag­nole (l’au­to­ges­tion, la CNT-FAI). Le « Front Pop­u­laire » en France (PCF, SFIO, occu­pa­tions d’usines). Le fas­cisme inter­na­tion­al (Ital­ie, Alle­magne, Espagne, France). Les démoc­ra­ties (Angleterre, France…). Le stal­in­isme et le mou­ve­ment ouvri­er révolutionnaire.
  9. La Chine.1947. Révo­lu­tion Cul­turelle. Cuba et le Cas­trisme. L’Amérique Latine et le Gué­varisme. Le mou­ve­ment ouvri­er en Amérique Latine. Le Viet-Nam. Les guer­res impéri­al­istes et la Révolution.
  10. La Hon­grie et Les con­seils ouvri­ers en 1956.
  11. Mai 68 en France. Berke­ley ; le SDS en Alle­magne ; l’I­tal­ie, les étu­di­ants les ouvri­ers et les ouvri­ers agricoles ; …

Les cama­rades sont priés de nous faire par­venir leurs travaux.