La Presse Anarchiste

La liquidation de l’I.S.R.

Nous avions par­lé dans notre dernier numéro (« Les nou­veaux défenseurs du Syn­di­cal­isme ») des plans com­mu­nistes pour liq­uider l’I.S.R., pour faire entr­er la C.G.T. russe à Ams­ter­dam, en sauvant, autant que pos­si­ble, les apparences. Une con­fir­ma­tion écla­tante nous est don­née par nul autre que Chli­ap­nikoff, qui écrit comme suit dans un arti­cle inti­t­ulé « La Vérité sur l’op­po­si­tion ouvrière » [[ Révo­lu­tion Pro­lé­tari­enne, octo­bre 1928.]] :

« …Non,…ce n’est pas nous qui liq­uidons l’I.S.R. Cette liq­ui­da­tion a lieu depuis longtemps. La Prav­da doit savoir que la poli­tique de front unique, l’ef­fort pour établir des liens avec les syn­di­cats ouvri­ers d’Oc­ci­dent ont obligé la C.G.T. russe à agir par dessus la tête de l’I.S.R. Cette action délais­sant l’I.S.R. a depuis longtemps détru­it son autorité et sa sig­ni­fi­ca­tion, et il ne pou­vait eu être autrement. Les manœu­vres au, moyen du Comité anglo-russe et la ten­ta­tive de le trans­former en nou­veau cen­tre inter­na­tion­al, en fait, ont réduit à néant l’ac­tiv­ité et la sig­ni­fi­ca­tion inter­na­tionale de l’I.S.R. Cet aban­don de l’I.S.R. est allé si loin que les mots mêmes d’In­ter­na­tionale Syn­di­cale Rouge sont depuis longtemps sup­primés des statuts de nos syndicats. »

Quelle fin igno­minieuse, quelle mort abjecte des Losowsky, Nin et antres calom­ni­a­teurs de la classe ouvrière révolutionnaire !