La Presse Anarchiste

Au sujet du musée Kropotkine

Le Lib­er­taire du 25 sep­tem­bre pub­lie une note sur les con­flits relat­ifs au Musée Kropotkine, à Moscou. Le Comité qui, dès le début de l’ex­is­tence du musée, s’est fondé à Paris pour le soutenir et qui se tient an courant de tout ce qui touche à sa vie, doit faire la déc­la­ra­tion suivante :

Les faits dont il s’ag­it nous sont exacte­ment con­nus par des let­tres émanant de cama­rades dignes de con­fi­ance. Nous jugeons inutile de les expos­er par le menu ; il suf­fi­ra de dire l’essentiel :

1° Le Comité qui est à la tête du Musée de Moscou n’est pas, en effet, com­posé des seuls anar­chistes. Nous vous refu­sons à être juges ici, de loin, des con­sid­éra­tions pour lesquelles la veuve de Kropotkine en a décidé ain­si ; son attache­ment aux idées de son mari, qu’elle a tou­jours partagées, et son car­ac­tère per­son­nel écar­tent la moin­dre sus­pi­cion quant à ces motifs. La com­po­si­tion du Comité est, d’ailleurs, au plus haut point hon­or­able : sa prési­dente est Véra Fign­er, la révo­lu­tion­naire russe uni­verselle­ment con­nue et respec­tée, qui a passé, dans la forter­esse de Schlies­sel­bourg près de trente, années de sa vie ; quant à Chebo­line, dont le nom est cité dans la note du Lib­er­taire, c’est égale­ment un vieux mil­i­tant de la révo­lu­tion, ayant passé de longues années à Schlies­sel­bourg

2° La cam­pagne menée con­tre ce Comité a eu pour un des prin­ci­paux chefs, San­domirsky, dont le nom est bien con­nu de nos cama­rades, ici comme en Russie, et dont il a été plus d’une fois ques­tion dans le Lib­er­taire.

Khaechar­dine, qui est un des auteurs du fac­tum de Moscou, appar­tient à cette Fédéra­tion anar­chiste-com­mu­niste, à la tête de laque­lle se trou­ve Kare­line, dont on a plus d’une fois sig­nalé l’at­ti­tude con­ciliante vis-à-vis du gouvernement.

Des mem­bres de cette organ­i­sa­tion ont pu, d’au­tant plus facile­ment s’in­fil­tr­er dans la sec­tion anar­chiste du Musée que presque tous les anar­chistes indépen­dants ont été empris­on­nés, déportés, expul­sés. Le fait de l’ar­resta­tion de Khaechar­dine (dont nos cama­rades russ­es ne cessent de s’é­ton­ner) ne change rien à cette situation.

Il y a deux mois, une let­tre d’un de nos meilleurs cama­rades de Moscou nous préve­nait que des écrits calom­nieux con­tre le Comité du Musée et spé­ciale­ment con­tre la veuve de Kropotkine allaient être expédiés à l’é­tranger et que, peut-être, même des faux, des let­tres apoc­ryphes allaient être mis en œuvre. Voilà que cette pré­dic­tion se réalise.

Nous met­tons en garde tous nos cama­rades con­tre cette cam­pagne. Nous espérons que cette déc­la­ra­tion suf­fi­ra pour déjouer les cal­culs des enne­mis déguisés de notre mou­ve­ment qui, dans un pays où toute la pro­pa­gande anar­chiste a été étouf­fée, s’at­taque­nt à la seule insti­tu­tion qui, à Moscou, a pu sub­sis­ter au milieu des per­sé­cu­tions et où, avec la mémoire de Kropotkine, vit encore l’e­sprit anarchiste.

[/Pour le Comité,

Le Secré­taire

Ch. Des­plan­ques/]

Après la pub­li­ca­tion par le Lib­er­taire de la note con­tre laque­lle nous prote­stons, nous avons demandé l’in­ser­tion de la présente rec­ti­fi­ca­tion. Cette inser­tion nous a été refusée.