La Presse Anarchiste

À travers le Monde

Espagne

Dans toute la pénin­sule ibérique, la classe ouvrière, en con­séquence des grèves et de « lock out », souf­fre hor­ri­ble­ment de la faim. À cette mis­ère vient se join­dre une répres­sion féroce, qui pousse le peu­ple à des actes de dés­espoir ; c’est ce qui con­stitue le ter­ror­isme, suiv­ant l’expression de la grande presse. Les atten­tats, con­tre les droits des gens com­mis par l’autorité gou­verne­men­tale, et ceux con­tre les représen­tants de la classe pos­sé­dante ne se comptent plus. Pour­tant, des hommes poli­tiques, inspirés par de bons sen­ti­ments, font des efforts pour amen­er le gou­verne­ment à une poli­tique de détente et de réc­on­cil­i­a­tion sociale. L’Espagne, affir­ment-ils, grâce à l’intransigeance patronale, marche à grands pas vers la ruine ; les patrons de la Cat­a­logne, avec leur « lock out », ont ruiné la plus indus­trielle des provinces de la pénin­sule. Mais le gou­verne­ment n’est pas libre de ses actions ; il est entière­ment con­trôlé par les « Jun­tas Mil­itares de Defen­sa » — une camar­il­la mil­i­tariste asso­ciée avec tous les élé­ments jésuites et réac­tion­naires, et qui rend impos­si­ble l’évolution de la vieille Espagne vers la démoc­ra­tie moderne.

À Barcelone, les cours de jus­tice vien­nent de pronon­cer qua­tre nou­velles sen­tences cap­i­tales con­tre de syn­di­cal­istes accusés d’avoir pris part au meurtre de deux gen­darmes ; deux autres cama­rades, inculpés comme com­plices, ont été con­damnés à la réclu­sion per­pétuelle, et enfin trois autres ont été acquittés.

Une délé­ga­tion par­lemen­taire a ren­du vis­ite aux détenus syn­di­cal­istes à la prison de Barcelone, et leur a promis qu’ils seraient bien­tôt ren­dus à la lib­erté, et que le gou­verneur actuel, qui s’est ren­du si célèbre par son admin­is­tra­tion tyran­nique, allait être relevé de ses fonc­tions. D’un autre côté, on affirme que le nou­veau prési­dent du Con­seil, señor Dato, serait opposé à ce que le comte de Sal­vatier­ra — le gou­verneur en ques­tion — quitte le gou­verne­ment de la province de Barcelone. Il affirme qu’il veut avant tout faire respecter l’autorité du gouvernement.

Très remar­quable, la grève des médecins de la Mutu­al­ité Ouvrière, à Madrid. Cette asso­ci­a­tion est affil­iée à la Mai­son du Peu­ple. Les médecins de cette cap­i­tale, réu­nis en une assem­blée extra­or­di­naire, ont décidé de se sol­i­daris­er avec leurs col­lègues de la Mutu­al­ité Ouvrière. À sig­naler, dans, cette même ville, une grève impor­tante des boulangers, durant laque­lle les syn­di­cal­istes ont fait preuve d’une énergie vrai­ment révolutionnaire.

Sol­i­dari­dad Obr­era, l’organe offi­ciel de la Union Nacional de los Tra­ba­jadores, note avec plaisir ce geste de sol­i­dar­ité de la C.G.T. de France, protes­tant auprès du gou­verne­ment espag­nol con­tre le régime despo­tique adop­té par son admin­is­tra­tion envers les syn­di­cats ouvri­ers qui osent se dress­er con­te la coali­tion féo­dale des patrons. Cette protes­ta­tion est suiv­ie d’une men­ace de boy­cottage de toutes les marchan­dis­es venant ou à des­ti­na­tion d’Espagne, dans le cas où il ne serait pas fait droit à cette protestation. 

Australie

Le par­ti tra­vail­liste aus­tralien est sur le point de se réu­nir en un grand con­grès. Par­mi les ques­tions qui fig­urent à son ordre du jour sont les suiv­antes : sus­pen­sion de l’émigration jusqu’à ce que les anciens sol­dats soient défini­tive­ment étab­lis ; vote oblig­a­toire pour toutes les élec­tions publiques ; sup­pres­sion du tra­vail le same­di et le dimanche !

On y dis­cutera aus­si dif­férentes propo­si­tions con­cer­nant l’arbitrage oblig­a­toire opposé à l’action directe. La puis­sante Fédéra­tion des Mineurs se déclare con­tre le fameux arbi­trage, qui a déjà été expéri­men­té à ses dépens. 

Indes britanniques

Dans le gou­verne­ment de Bom­bay, douze mille cheminots se sont déclarés en grève ; ils récla­ment une aug­men­ta­tion de salaire. 

Dans les cen­tres du tex­tile, une fédéra­tion ouvrière a été con­sti­tuée ; elle demande, entre autres choses : la journée de dix heures, la sup­pres­sion du tra­vail de nuit pour les femmes et les enfants, la créa­tion d’inspectrices du tra­vail pour tout ce qui con­cerne la femme et l’enfant, et enfin la recon­nais­sance des syn­di­cats par les patrons.

Japon

Désor­mais, l’Empire du Mika­do aura sa Ligue des Nations. Une sec­tion  vient d’y être fondée, sous la prési­dence du baron Shibu­sawa, un cap­i­tal­iste aux ten­dances phil­an­thropiques. Le baron Sakatani et le doc­teur Soye­da, égale­ment deux phil­an­thropes aux idées libérales, ont été nom­més vice-présidents.

Portugal

La réac­tion « démoc­ra­tique » sem­ble domin­er dans toute la République por­tu­gaise ; on n’y voit plus de man­i­fes­ta­tions bolcheviques, le gou­verne­ment, par ses mesures dra­coni­ennes, les a ren­du impos­si­bles. Cepen­dant, on sig­nale quand même une grève générale des tramways à Lis­bonne ; les grévistes, en plus d’une aug­men­ta­tion de salaires, deman­dent dou­ble paie pour le tra­vail du dimanche.