La Presse Anarchiste

Bakounine et l’Etat marxiste

[|(I)|]

[(Sur la demande d’un cer­tain nom­bre de cama­rades, nous repro­duisons cet opus­cule, où les prévi­sions de Bak­ou­nine sur l’É­tat marx­iste appa­rais­sent tou­jours actuelles.)]

Les bases théoriques générales

Les rap­ports entre les idées de Marx et de Bak­ou­nine sont, le plus sou­vent, mal con­nus, et cela est regret­table, car ce qui opposa ces deux hommes pen­dant les années 1870–1876, revêt de nos jours, et pour l’avenir même de l’hu­man­ité, une impor­tance fon­da­men­tale. Pour les uns, Bak­ou­nine fut, en bloc, l’ad­ver­saire acharné des théories marx­istes, mais ils ne voient en lui que cette posi­tion néga­tive et ignorent qu’elle s’ac­com­pa­g­nait d’une con­trepar­tie pos­i­tive. Pour les autres, Bak­ou­nine adhérait à l’essen­tiel de la doc­trine marx­iste, et seule une ques­tion de tem­péra­ment et de moyens tac­tiques le séparait de son adver­saire. On vous rap­pellera, à l’oc­ca­sion, qu’il fut le pre­mier tra­duc­teur, en langue russe, du Man­i­feste Com­mu­niste et que, sur l’in­ter­ven­tion de Netchaief — qui se moquait éper­du­ment du marx­isme — il avait accep­té de traduire Le Cap­i­tal. D’où une appar­ente con­cor­dance pour qui veut à tout prix la trouver.

La vérité est beau­coup plus com­plexe, et pré­ten­dre tout résumer en quelques para­graphes, ou sur quelques exem­ples cités sans s’y attarder pour éviter un exa­m­en appro­fon­di, équiv­aut à tout fauss­er. Car, chez les penseurs-com­bat­tants, oblig­és de mod­i­fi­er leurs con­clu­sions devant des faits suc­ces­sifs et sou­vent con­tra­dic­toires, l’in­ter­pré­ta­tion de cer­taines idées peut vari­er, parce que l’ex­péri­ence pra­tique ou la polémique font appa­raître des élé­ments nou­veaux, qui oblig­ent à mod­i­fi­er des con­cep­tions pre­mières. N’en est-il pas ain­si dans toutes les recherch­es et les réal­i­sa­tions de la sci­ence, dans toutes les activ­ités humaines ?

Après avoir étudié pro­fondé­ment la philoso­phie alle­mande, dans l’in­ten­tion de devenir pro­fesseur de philoso­phie [[Les détracteurs sys­té­ma­tiques de Bak­ou­nine, qui s’ef­for­cent de nier sa valeur intel­lectuelle, pour­ront essay­er de ridi­culis­er le fait de don­ner de l’im­por­tance à cette voca­tion pre­mière. Pour eux, et au mépris des faits, B. ne fut qu’un bohème agité. Je me con­tenterai de citer, sur ce point, l’opin­ion d’Arnold Ruge, le célèbre directeur du « Deutsche Jahrbtich­er », qui con­nut tous les révo­lu­tion­naires occi­den­taux de son époque :

« Il ne suf­fit pas de dire que Bak­ou­nine avait une instruc­tion alle­mande ; il était capa­ble de laver la tête philosophique­ment aux philosophes et aux politi­ciens alle­mands eux-mêmes, et de présager l’avenir qu’ils évo­quaient, sci­em­ment ou mal­gré eux ».

D’autre part, Bak­ou­nine, offici­er d’ar­tillerie à moins de dix-huit ans, démis­sion­na de l’ar­mée pour s’oc­cu­per de philoso­phie. Or, après qu’il eût été livré à la Russie par l’Autriche-Hon­grie, le chef de la police secrète le visi­ta à la forter­esse de Petropavlosk. Et voici ce qu’il dis­ait au min­istre de Saxe à Petrograd :

« À présent, Bak­ou­nine se trou­ve ici, car le gou­verne­ment autrichien l’a extradé ; je l’ai inter­rogé moi-même. C’est regret­table pour cet homme ! Car on trou­verait dif­fi­cile­ment dans l’ar­mée russe un offici­er d’ar­tillerie qui fût aus­si capa­ble que lui ». B. avait aban­don­né l’ar­mée à vingt ans.]], et s’être imprégné de Kant, Fichte, Schelling, Hegel, Feuer­bach et autres philosophes alle­mands, Bak­ou­nine a pris con­tact avec la pen­sée matéri­al­iste française. Pas­sion­né de con­nais­sances, il devient et demeur­era par­ti­san ent­hou­si­aste de la sci­ence expéri­men­tale dont il recom­man­dera tou­jours la méth­ode, et son appli­ca­tion à la soci­olo­gie. Le pos­i­tivisme de Comte lui paraît juste dans sa méthodolo­gie générale d’é­tude et de recherche. Réagis­sant con­tre les con­cep­tions méta­physiques des soi-dis­ant « idéal­istes » qui sont, dit-il, les plus bas matéri­al­istes, il applau­dit au matéri­al­isme philosophique, qui aboutit à la con­cep­tion la plus réelle­ment idéal­iste, la plus morale­ment élevée de la vie.

Depuis 1844, il s’est occupé des prob­lèmes économiques. Après avoir con­nu Weitling en Suisse, il con­naî­tra Proud­hon et Marx à Paris, il étudiera Jean-Bap­tiste Say, Tur­got, Bas­ti­at, et aus­si tous les théoriciens de ten­dance com­mu­niste autori­taire. Il a décou­vert le social­isme dont il sera le fon­da­teur, comme mou­ve­ment con­sti­tué, en Ital­ie et en Espagne.

Tout cela le porte vers l’é­tude sys­té­ma­tique­ment matéri­al­iste de Marx dont il recon­naît à plusieurs repris­es la valeur sci­en­tifique, dont même il préfér­era la méth­ode réal­iste à la philoso­phie trop sou­vent abstraite de Proudhon.

Il n’est donc pas éton­nant qu’à Lon­dres, il ait traduit, en 1862, le Man­i­feste Com­mu­niste. Mais il est trop intel­li­gent, il a une vision trop uni­verselle et trop large­ment humaine de la vie pour se laiss­er longtemps sub­juguer par l’ex­pli­ca­tion dialec­ti­ci­enne appliquée à l’é­tude des faits économiques — ce qui est, en défini­tive, une façon de fauss­er ces faits. Déjà, pen­dant qu’il traduit, parce qu’il a besoin d’ar­gent, et non pour autre chose, la pre­mière par­tie du Cap­i­tal, il écrit à Herzen (let­tre du 4 jan­vi­er 1870) : « Et, quant à moi, sais-tu, mon vieux, que je tra­vaille à la tra­duc­tion de la méta­physique économique de Marx pour laque­lle j’ai déjà reçu une avance de 300 rou­bles, et j’en aurai encore 600 à touch­er. Je lis Proud­hon et la Philoso­phie Pos­i­tive, de Comte, et dans mes rares moments per­dus, j’écris mon livre sur la sup­pres­sion de l’État ».

C’est loin d’une adhé­sion totale au marx­isme, au social­isme dit « sci­en­tifique », et à l’e­sprit marxiste.

Plus tard, à mesure que la polémique se dévelop­pera, Bak­ou­nine accu­mulera les objec­tions. Il ren­dra, à l’oc­ca­sion, hom­mage au Cap­i­tal, mais cet hom­mage ne sera pas aveugle :

« M. Charles Marx est un abîme de sci­ence sta­tis­tique et économique. Son ouvrage sur le cap­i­tal, quoique mal­heureuse­ment héris­sé de for­mules et de sub­til­ités méta­physiques, qui le ren­dent inabor­d­able pour la grande majorité des lecteurs, est au plus haut degré un ouvrage posi­tif, ou réal­iste, dans ce sens qu’il n’ad­met point d’autre logique que la logique des faits. » (Let­tre à un Français, p. 63).

Mais déjà quant au fait économique, Bak­ou­nine qui, pour sim­pli­fi­er les argu­ments, répète par­fois le sché­ma marx­iste — dont l’essen­tiel remonte à Proud­hon — de la con­cen­tra­tion du cap­i­tal, de la paupéri­sa­tion crois­sante du pro­lé­tari­at, de la pro­lé­tari­sa­tion de la bour­geoisie, etc., rec­ti­fie, même sans polémique, les for­mules passe-partout. « La vie sera tou­jours supérieure à la sci­ence », dit-il ailleurs, et il observe trop, il capte trop la vie pour ne pas voir que la sci­ence marx­iste ne prévoit pas toute une série de faits qui se pro­duisent sous ses yeux (par exem­ple, l’embourgeoisement de cer­taines couch­es pro­lé­tari­ennes qui con­tred­it la paupéri­sa­tion du pro­lé­tari­at, et la déf­i­ni­tion hétéro­doxe de la bour­geoisie qui pour lui est aus­si bien com­posée des pro­prié­taires et des patrons, que de la classe intel­lectuelle vivant mieux que celle des tra­vailleurs manuels, et des bureau­crates priv­ilégiés d’É­tat qui exploitent les mass­es à leur façon). Au fond, il est plus sci­en­tifique, parce que plus libre­ment obser­va­teur que son adversaire.

Aus­si, les dif­férences théoriques appa­rais­sent-elles. Et les oppositions.

Dans la pré­face de la Cri­tique de l’Économie poli­tique, Marx résumait sa pen­sée doc­tri­nale par cette for­mule-syn­thèse : « Le mode de pro­duc­tion de la vie matérielle déter­mine d’une façon générale le proces­sus social, poli­tique et intel­lectuel de la vie. Ce n’est pas la con­science de l’homme qui déter­mine son mode social d’ex­is­tence, mais son mode social d’ex­is­tence qui déter­mine sa con­science. » Et il trou­vait bon qu’il en fût ainsi.

Puis Engels, dans l’An­ti-Dürhing, affirme que « l’or­gan­i­sa­tion économique de la société con­stitue tou­jours la base réelle qui explique, en dernier ressort, toute la super­struc­ture des insti­tu­tions juridiques et poli­tiques, ain­si que les idées religieuses, philosophiques et autres de chaque péri­ode historique ».

Mais dans son écrit, Sophismes his­toriques de l’École doc­tri­naire des com­mu­nistes alle­mands, Bak­ou­nine débor­dera d’un coup cette inter­pré­ta­tion étriquée de l’histoire :

« Trois élé­ments, ou, si vous voulez, trois principes fon­da­men­taux con­stituent les con­di­tions essen­tielles de tout développe­ment humain, tant indi­vidu­el que col­lec­tif, dans l’his­toire : 1° l’an­i­mal­ité humaine ; 2° la pen­sée ; 3° la révolte. À la pre­mière cor­re­spond pro­pre­ment l’é­conomie sociale et privée ; à la sec­onde, la sci­ence ; à la troisième, la liberté. »

Dévelop­pant ailleurs ces affir­ma­tions fon­da­men­tales, analysant l’in­flu­ence de tous les fac­teurs qui font l’his­toire, il élargi­ra l’hori­zon bien davan­tage encore.

Une bonne par­tie de sa cri­tique du marx­isme, comme doc­trine et sci­ence sociale, se trou­ve dans sa Let­tre au jour­nal « La Lib­erté ». Le frag­ment qui suit pose en même temps le prob­lème des fac­teurs déter­mi­nants de l’his­toire et du rôle joué par l’É­tat par rap­port au prob­lème économique et des class­es sociales. Bak­ou­nine y dis­cute les buts de l’In­ter­na­tionale qu’il base essen­tielle­ment sur la sol­i­dar­ité économique de tous les tra­vailleurs de tous les pays, et sur l’en­tière lib­erté des sec­tions nationales de choisir libre­ment leurs moyens d’ac­tion. Com­bat­tant la dévi­a­tion politi­co-nation­al­iste que Marx et les siens vien­nent d’im­primer à cette organ­i­sa­tion, il écrit :

« Mais M. Marx ne veut évidem­ment pas de cette sol­i­dar­ité puisqu’il refuse de recon­naître cette lib­erté. Pour appuy­er ce refus, il a une théorie toute spé­ciale qui n’est d’ailleurs qu’une con­séquence logique de tout son sys­tème. L’é­tat poli­tique de chaque pays, dit-il, est tou­jours le pro­duit et l’ex­pres­sion fidèle de la sit­u­a­tion économique ; pour chang­er le pre­mier, il faut seule­ment trans­former cette dernière. Tout le secret des évo­lu­tions his­toriques, selon M. Marx, est là. Il ne tient aucun compte des autres élé­ments de l’his­toire tels que la réac­tion, pour­tant évi­dente, des insti­tu­tions poli­tiques, juridiques et religieuses sur la sit­u­a­tion économique. Il dit : “La mis­ère pro­duit l’esclavage poli­tique, l’É­tat” ; mais il ne per­met pas de retourn­er cette phrase et de dire : “L’esclavage poli­tique, l’É­tat, pro­duit à son tour et main­tient la mis­ère comme une con­di­tion de son exis­tence ; de sorte que pour détru­ire la mis­ère, il faut détru­ire l’É­tat”. Et, chose étrange, lui qui inter­dit à ses adver­saires de s’en pren­dre à l’esclavage poli­tique, à, l’É­tat, comme une cause actuelle [[C’est-à-dire exerçant une action (N. de l’A.)]] de la mis­ère, com­mande à ses amis et à ses dis­ci­ples de la démoc­ra­tie social­iste en Alle­magne de con­sid­ér­er la con­quête du pou­voir et des lib­ertés poli­tiques comme la con­di­tion préal­able, absol­u­ment néces­saire, de l’é­man­ci­pa­tion économique. »

(à suiv­re)