La Presse Anarchiste

Pour l’autonomie

L’é­tat actuel des choses mon­tre, que quoi que l’on veuille faire on se trou­ve en dépen­dance : le sys­tème cap­i­tal­iste nous tient par les besoins qu’il crée afin d’obtenir en con­trepar­tie encore plus de béné­fices et tou­jours sur le dos des exploités. L’ex­em­ple le plus immé­di­at qui se présente (et le plus con­cret) est dou­ble ; il com­prend une dépen­dance chronique du point de vue matériel et temps.

En effet dès que l’on entre­prend quelque chose (notam­ment la sor­tie de tracts, « canards » ou brochures, immé­di­ate­ment se pose le prob­lème pécun­nier quand bien même la main d’œuvre ne manque pas). Pour se pro­cur­er le matériel on s’adresse indi­vidu­elle­ment ou locale­ment aux cir­cuits com­mer­ci­aux. De plus sou­vent au-delà de ce prob­lème, on est obligé de se soumet­tre au bon plaisir et à la dépen­dance de ces cir­cuits com­mer­ci­aux du point de vue temps (le prob­lème des monopoles enlève toute pos­si­bil­ité de recours).

À cet état de fait nous pou­vons, si nous le voulons, com­mencer à y remédi­er (en prenant les cir­cuits com­mer­ci­aux à leur pro­pre jeu). Pour cela :
— il s’a­gi­rait dans l’im­mé­di­at de pou­voir créer un stock de matériel (ram­ettes, encre, sten) pour que ceci soit pos­si­ble, chaque indi­vidu, chaque groupe devrait faire con­naître ses besoins généraux afin de pou­voir béné­fici­er de tar­ifs de gros (une sorte de groupe­ment nation­al d’achat).
— en même temps, le fait de pos­séder au niveau nation­al ne serait-ce que d’une off­set, per­me­t­trait de tir­er tous les canards, de manière pro­pre et dans les délais con­ven­ables (pour peu de frais).

Par la suite la créa­tion d’une imprimerie autonome et auto­gérée se doit d’être envis­agée.

Pour met­tre au point ces pro­jets, créa­tion de deux caiss­es : caisse stock et caisse imprimerie, nous deman­dons à tous ceux que cela intéresse de pren­dre con­tact. Il est bien enten­du que seuls les groupes et indi­vidus ayant con­tribué à la créa­tion de ces caiss­es pour­ront béné­fici­er des ser­vices procurés par la suite.

Il est impor­tant de pou­voir met­tre sur pied le stock au plus tard en jan­vi­er 1972. Pour cela que tous les cama­rades intéressés fassent con­naître leurs besoins au plus tôt.

[/JR (Montpellier)/]

N.B. La pré­pa­ra­tion de ce pro­jet pour­rait se faire par l’in­ter­mé­di­aire du présent bul­letin. Mais au préal­able il doit être dis­cuté et mis au point pour qu’un plan bien doc­u­men­té et très cohérent puisse être pro­posé à tous.

[/C.T./]