La Presse Anarchiste

Échos

Enseigne­ment oblig­a­toire. – Le « Sup­plé­ment artis­tique (Petit Jour­nal représen­tait récem­ment une jeune, toute jeune sen­tinelle belge dans le mou­ve­ment de « portez … armes ! » au moment du pas­sage « absol­u­ment imprévu » du roi Albert sur la route. Le jeune sol­dat, c’est l’héri­ti­er du trône de Bel­gique, qui « a tenu à assumer tous les risques de la guerre ». Et la scène est très pathétique.

Seule­ment, deux ou trois jours plus tard, ou même le lende­main, on pou­vait lire dans n’im­porte quel jour­nal que les enfante d’Al­bert Ier pour­suiv­aient leurs études en Angleterre.

Ça ne fait rien, ça fait bien quand même, et la légende restera.

Et dire que de l’autre côté du Rhin, comme de l’autre côté des Alpes, on fait un même usage des princes héritiers !

Le mol oreiller (dédié au Pape). – Ceci est un dessin d’un jour­nal suisse illus­tré en trois tableaux, quelque chose comme un triptyque.

Pre­mier tableau : le père Éter­nel, assis sur un nuage (évidem­ment) fume sa pipe en com­pag­nie de Saint Pierre tout en écoutant… religieuse­ment un Anglais qui lui démon­tre l’ex­cel­lence de sa cause.

– Tu as rai­son ! Dit le Père Éternel.

L’Anglais s’en va.

Puis sur­git un Alle­mand, lequel à son tour démon­tre au Bon Dieu qu’il a tout le bon droit pour lui.

– Tu as rai­son ! dit encore le Père Éternel.

L’Alle­mand sort à son tour (on ne voit pas la porte, mais il sort tout de même).

Mais saint Pierre a bon­di. La barbe en tem­pête et les bras croisés, son trousseau de clés dansant à son petit doigt une valse indignée, il mon­tre à Son Maitre com­bi­en ce juge­ment est dou­teux qui ne voit de torts ni d’un côté ni de l’autre.

– Tu as aus­si rai­son ! dit le Bon Dieu.

Faits divers. – Quelqu’un a, l’autre jour, quelque part en Russie, tiré plusieurs coups de revolver sur un haut fonc­tion­naire se prom­enant tran­quille­ment dans la rue.

Tan­dis que le meur­tri­er s’en­fuyait on rel­e­vait sa vic­time et on la con­dui­sait dans une clinique.

Son état ne nous inspire aucune inquiétude.

Dernière heure. – La jus­tice informe. (Nous pri­ons le lecteur de voir dans le mot informe l’indi­catif présent du verbe informer, et non l’adjectif.)

Nou­velles célestes. – Un car­di­nal belge, dont le nom importe peu bien qu’il lui importe beau­coup de le faire con­naître, éprou­ve l’im­périeux besoin de rap­pel­er à ses ouailles que le 8 sep­tem­bre 1914 il plaça la Bel­gique sous la pro­tec­tion de la Sainte Vierge.

Or, un an après, jour pour jour, à l’an­niver­saire de la Vierge, par­ve­naient « les nou­velles glo­rieuses de la bataille de la Marne ».

Hosan­nah !

C’est égal, elle fait atten­dre longtemps ses bien­faits, la sainte Vierge ! Un an plein – plein de mas­sacres, de car­nages sans nom.

C’est vrai que c’est loin, de la Terre au Ciel ! et en ce moment les com­mu­ni­ca­tions sont coupées partout.

Et puis, les Dieux ont soif.