La Presse Anarchiste

A propos de “ tâches immédiates et futures de l’anarchisme ”

Le titre de cet opus­cule est, à notre avis, impro­pre : c’est un recueil d’écrits et d’auteurs var­iés (Malat­es­ta, S. Fau­re, Berneri, Bertoni, etc.) sur les prob­lèmes de l’organisation. La plu­part de ces arti­cles sont tirés de “ La revue inter­na­tionale anar­chiste ” des années 1924–25.

Ce sont des écrits intel­li­gents, pré­cieux, pleins de bon sens et de fougue révo­lu­tion­naire. À part le fait que le con­tenu de l’opuscule ne répond pas tout à fait à son titre, nous devons faire à Gam­ba encore deux reproches :

a) de s’être lim­ité à cer­tains écrits pub­liés par des revues (à l’exclusion de tout autre ouvrage) d’avant 1927,

b) de les avoir traduits et insérés dans son recueil… “ anar­chique­ment ” et sans aucun com­men­taire. Le lecteur mal aver­ti des revues et des polémiques passées (dont je suis) en est par­fois irrité et déconcerté.

Néan­moins la brochure présente un intérêt cer­tain, tout d’abord parce qu’elle présente des textes actuelle­ment introu­vables, ensuite parce que la ques­tion de l’organisation anar­chiste est évidem­ment bien loin d’être résolue. À titre d’exemple, voici deux extraits :

“ Le seul fait de ne pas pou­voir con­cevoir une organ­i­sa­tion sans autorité est une preuve que l’idée anar­chiste n’est pas bien pénétrée dans nos cerveaux. En effet, qu’est-ce qu’une société anar­chiste sinon une organ­i­sa­tion sans autorité ? Et puis ce qui est pos­si­ble dans la société future pour la sat­is­fac­tion de tous les humains, pourquoi ne le serait-ce pas aujourd’hui entre ceux qui com­pren­nent l’anarchie, pour les besoins de leur lutte con­tre la bourgeoisie ? ”

Nous aime­ri­ons, certes, être tous d’accord et réu­nir dans un fais­ceau puis­sant toutes les forces de l’anarchisme, mais nous ne croyons pas à la solid­ité des organ­i­sa­tions faites à force de con­ces­sions et de sous-enten­dus et où il n’y a pas d’accord et de sym­pa­thie réelle entre les mem­bres. Plutôt désu­nis que mal unis. Et pour­tant nous voudri­ons que cha­cun s’unisse avec ses amis et qu’il n’y ait pas de forces isolées, de forces per­dues ” (extrait de “ Sul com­pi­to imme­di­a­to et futuro dell’anarchismo ”, de Gamba).

Nous prof­i­tons de cette occa­sion pour saluer le beau tra­vail de notre Gam­ba, dont le com­bat anar­chiste se situe depuis des années dans la per­spec­tive d’un anar­chisme organ­i­sa­tion­nel et prolétarien.