La Presse Anarchiste

Correspondance

Sous cette rubrique, nous insérerons surtout les répons­es col­lec­tives et celles qui intéressent tous nos lecteurs. (Dans ce dernier cas, nous sup­primerons le nom du cor­re­spon­dant). Nous répon­drons égale­ment par cette voie à ceux de nos cor­re­spon­dants qui nous en exprimeraient le désir.

En dehors de ces cas, nous préférons cor­re­spon­dre par let­tre. Join­dre un tim­bre pour la réponse.

ÉVÉNEMENTS DU 8 MAI. Patience. Ils seront relatés à leur tour et la vérité sera rétablie.

CALOMNIES. Même réponse. Lor. et les autres ont prof­ité de ce que nous n’avions pas d’organe à notre dis­po­si­tion pour leur répondre.

Y A‑T-IL DES CAS OU UN ANARCHISTE DOIVE AVOIR RECOURS AUX LOIS DITES POSITIVES ? Nous traiterons longue­ment cette ques­tion, car il importe de déter­min­er, du moment que, mal­gré nous, les lois dites « pos­i­tives » exis­tent, s’il est raisonnable ou fou de n’en accepter l’usage que con­tre soi. Répon­dons d’abord aux abrutis qui posent la ques­tion sous la forme absurde suiv­ante : Y a‑t-il des cas où l’on puisse employ­er la loi dite « pos­i­tive » con­tre un cama­rade ? – Réponse : Non. Employ­er la loi dite pos­i­tive con­tre un indi­vidu n’est pas acte de cama­raderie, mais acte d’hostilité. – Cela établi, il importe de solu­tion­ner les ques­tions suiv­antes : Suf­fit-il qu’un indi­vidu se dise cama­rade pour qu’il le soit ? – Réponse : Non. Par exem­ple, un indi­vidu qui se dit cama­rade et qui agit en enne­mi, ne peut être traité en cama­rade par un indi­vidu raisonnable. – Lorsqu’un indi­vidu agit en enne­mi, est-il raisonnable de le con­sid­ér­er comme cama­rade et de le traiter comme tel ? – Réponse : Non. (Voir Les faux droits de l’homme et les vrais. Atti­tude de l’individu raisonnable envers les indi­vidus déraisonnables et notam­ment le Théorème de la vio­lence). – Peut-on, dans la société actuelle, envers un indi­vidu qui nous traite en enne­mi, agir comme si la loi dite « pos­i­tive » n’existait pas ? – Réponse : Agir ain­si serait se met­tre en état d’infériorité évi­dente et les seuls avec lesquels on puisse se pass­er des lois dites « pos­i­tives », sont ceux décidés à solu­tion­ner toutes les ques­tions par la cama­raderie, dans tous les cas, c’est-à-dire les vrais cama­rades. – Remar­que : Les gens des « Causeries » qui ont froide­ment assas­s­iné l’un des nôtres sans défense et qui sont soi-dis­ant adver­saires de l’appel à la légal­ité, se sont adressés à la police, à la jus­tice, etc. (Cela sera démon­tré). Ils ne peu­vent donc con­tester le droit d’autrui d’en faire autant. Ils ont déposé des plaintes, pour­suivi des actions en jus­tice, etc. (Tout sera relaté). Nous en sommes très heureux, tant au point de vue pra­tique, qu’au point de vue théorique. Ils seront écrasés. Nous mon­trerons que nous avons la logique, la force et la sérénité, et que l’élimination des faux cama­rades est néces­saire pour une sélec­tion fraternelle.

MP. Pas vrai. Lor. a énon­cé ces calom­nies, mais n’a pas osé les sign­er. Il s’est retranché der­rière l’anonymat et les sig­na­tures d’autrui. Tout sera relaté. Ceux qui ne con­naîtront que les calom­nies et pas les réfu­ta­tions seront dis­qual­i­fiés pour juger équitable­ment, voilà tout. Cela a été le cas dans l’affaire Drey­fus, par exem­ple. L’avenir mon­tr­era que nous avons, comme alors, la vérité et la logique pour nous.

COURS ET CONFÉRENCES DU G. E. S. Cer­taine­ment nous en parlerons.