La Presse Anarchiste

Il leur faudait une bonne guerre à tout ces jeunes !

Comité de rédac­tion des Temps Nou­veaux, un jour de 1920…

— Et là, devant moi, un boche ! Pan, deux balles dans le buf­fet et là, je me dis : un pas de plus vers l’in­ter­na­tion­al­isme anarchiste.

— T’as rai­son Pier­rot, rien de mieux pour la cause qu’une bonne guerre con­tre les frisés.

— Mon cap­i­taine était d’ac­cord, il m’a juste filé 5 jours de trou parce que j’ai gueulé “vive l’A­n­ar­chie” en bal­ançant ma grenade. C’é­tait un chic type.

Sur ce arrive Malato…

— Tu fais la gueule Charles ?

— Oui, y’a ces salauds d’in­di­vid­u­al­istes qui me trait­ent de ven­du, et de rené­gat.. Et l’autre-là, Armand, il fait de la fausse mon­naie alors il a qu’à se taire, main­tenant qu’il est en tôle

— Fais un arti­cle Charles, ils vont com­pren­dre que c’est eux les pour­ris. De la fausse-mon­naie tout de même !

— Et en plus c’est des mouchards !

(Ils se sépar­ent en chan­tant la Marseillaise).

Plus sérieuse­ment, que dire ? Les sou­venirs mil­i­taires de Pier­rot en Ser­bie… L’ar­ti­cle fielleux de Mala­to, le reste n’a par­fois pas trop d’in­térêt. Je dirais presque un numéro pour rien si il n’y avait pas de-ci de-là quelques notes intéres­santes à glaner.

Bonne lec­ture (et atten­tion aux boches)


dans