La Presse Anarchiste

Déclaration unitaire et solennelle du Comité Régional de Catalogne de la CNT

Les trans­for­ma­tions sociales, exigées par notre époque et que le dynamisme de struc­tures neuves doit favoris­er, récla­ment de nous une trans­for­ma­tion pro­fonde des valeurs et une nou­velle con­science adap­tée aux besoins de l’homme nou­veau que fait appa­raître le pro­grès tech­nique et sci­en­tifique. Cela étant accep­té et ten­ant compte que l’ignorance de la prob­lé­ma­tique sociale fut la cause de la défaite des révo­lu­tions his­toriques du passé, il serait absurde de pré­ten­dre à une trans­for­ma­tion de la société sans une analyse préal­able des fonde­ments sur lesquels elle repose et des con­di­tion­nements psy­cho-cul­turels qui ont per­mis leur main­tien. Agir de tout autre façon, entraînés par le courant du ressen­ti­ment, ce serait aller à une aven­ture irréfléchie et désas­treuse dans ses con­séquences, en retombant dans les erreurs du passé.

Or, pour par­venir à une pen­sée et à une action allant de pair, à une prax­is révo­lu­tion­naire, nous devons com­mencer par être authen­tiques. C’est-à-dire par nous libér­er de tout dogme, des idées pré­conçues et, plus par­ti­c­ulière­ment, de la peur. Libérés de ce poids, il nous suf­fit d’observer avec une logique prospec­tive les besoins qui nous poussent, de chercher le dia­logue avec les autres et, tous unis, d’étudier les pos­si­bil­ités qui nous sont offertes pour avancer ensem­ble vers le but que nous nous fixe­rons, rationnelle­ment et humainement.

Rares sont ceux qui ne com­pren­nent pas la néces­sité de cette uni­fi­ca­tion active.

Mais l’image fausse que l’on se fait du syn­di­cal­isme – car il y a actuelle­ment des syn­di­cats de toute sorte, depuis les syn­di­cats qui sont de sim­ples groupes de pres­sion au ser­vice de par­tis poli­tiques jusqu’aux syn­di­cats qui sont sub­or­don­nés au pou­voir éta­tique – est l’obstacle majeur auquel se heur­tent les tra­vailleurs pour par­venir à la con­science que le syn­di­cal­isme n’est qu’un : le syn­di­cal­isme lib­er­taire, celui de l’action directe (action directe que des gens mal­in­ten­tion­nés iden­ti­fient à la vio­lence sys­té­ma­tique), qui fait l’unité de tous les tra­vailleurs par une struc­ture vivante et démoc­ra­tique, pour accom­plir la révo­lu­tion de notre temps et en ter­min­er ain­si avec l’exploitation, le despo­tisme, l’inégalité, les con­flits et la guerre.

Le Syn­di­cat, tel que nous le com­prenons, n’est ni une doc­trine ni un par­ti, sinon une organ­i­sa­tion ouverte, de libre par­tic­i­pa­tion et de cri­tique, de sol­i­dar­ité et d’entraide, qui trou­ve dans l’autogestion à tous les niveaux les stim­u­lants qui doivent pouss­er l’homme sur la voie de son pro­pre développe­ment, vers la lib­erté et la jus­tice d’une économie con­sti­tuée rationnellement.

[| – O – |]

Mais, comme il se doit, nous devons com­mencer par nous regrouper autour de cette pro­jec­tion syn­di­cal­iste lib­er­taire pour ren­forcer, en pre­mier lieu, la sol­i­dar­ité entre les travailleurs.

Et c’est ce que vient de réalis­er la Con­fédéra­tion du Tra­vail de Cat­a­logne, à la suite d’un long tra­vail mené à bien avec le désir de met­tre fin aux dis­sen­sions pou­vant exis­ter dans les milieux con­fédéraux en ce qui con­cerne les atti­tudes à pren­dre face à la prob­lé­ma­tique politi­coso­ciale de notre pays.

[| – O – |]

Le 24 sep­tem­bre 1971 sera une date historique.

Dans Barcelone, les cama­rades de la Région cata­lane, avec la représen­ta­tiv­ité idoine et une haute con­science de leur respon­s­abil­ité, couron­nèrent défini­tive­ment l’unité d’action du syn­di­cal­isme lib­er­taire en se réu­nis­sant dans la dis­ci­pline d’un seul Comité Région­al, indépen­dant, et dont l’exemple ani­mera la nou­velle démarche con­fédérale d’Espagne et, dès à présent, face à l’avenir.

La « Déc­la­ra­tion » présente est le reflet du Procès-Ver­bal de cette réu­nion con­jointe des hommes de la C.N.T.

En con­séquence, l’ensemble des mil­i­tants con­fédéraux s’apprêtent, avec réal­isme et déter­mi­na­tion, à trac­er de nou­velles voies pour les pèlerins de l’émancipation indi­vidu­elle et col­lec­tive, pour les Cata­lans et les Espag­nols qui aspirent à une com­mu­nauté ibérique meilleure et plus juste.

Déjà, les craintes, les rancœurs et les sépa­ra­tions qui nous dés­espéraient, nous affaib­lis­saient et qui nous empêchaient de capter résol­u­ment la con­fi­ance de la col­lec­tiv­ité ouvrière, sont loin.

L’unité d’action qui vient d’être obtenue n’est pas la vic­toire de cer­tains com­pagnons sur d’autres, mais, à par­tir d’une sit­u­a­tion par­ti­c­ulière, l’issue vers le rap­proche­ment de tous les com­pagnons à un niveau supérieur et tran­scen­dant : celui de l’émancipation sociale, économique et cul­turelle des tra­vailleurs – œuvre des tra­vailleurs eux-mêmes. Et si cela est val­able pour les tra­vailleurs, femmes et hommes, de toute ten­dance, cela l’est encore plus pour les jeunes qui nous rejoignent – étant don­né que la jeunesse se préoc­cupe plus des respon­s­abil­ités du futur que des querelles du passé.

[| – O – |]

Nous réaf­fir­mons notre con­vic­tion que l’unité sol­idaire obtenue est la base et le levi­er pour attein­dre tout objec­tif. Nous serons implaca­bles envers ceux qui, par égo­cen­trisme ou mol­lesse, atten­tent, minent ou adultèrent l’esprit uni­taire et le corps sol­idaire qui sont et seront notre force d’aujourd’hui et de demain.

Enfin, nous espérons que cette unité con­fédérale et lib­er­taire de la Région cata­lane servi­ra d’exemple, d’aiguillon et d’encouragement au niveau nation­al de la Con­fédéra­tion, et qu’il y aura de pro­fondes réper­cus­sions sur les désirs ardents de réu­ni­fi­ca­tion des com­pagnons de l’exil, aux­quels nous deman­dons de pren­dre acte immé­di­ate­ment de la nou­velle étape con­fédérale cata­lane en se ten­ant prêts et en étant atten­tifs à nos déci­sions, en nous appuyant – unis eux aus­si – depuis leurs divers lieux d’exil.

Et nous les inci­tons à nous envoy­er des sug­ges­tions, des encour­age­ments et de l’aide, afin de con­cen­tr­er nos efforts sur des objec­tifs effi­caces et réalistes.

En avant, par et pour le syn­di­cal­isme libertaire !

[/Catalogne, octo­bre 1971.

(Cachet du Comité Région­al de Catalogne.

Con­fédéra­tion Nationale du Tra­vail d’Espagne.)/]