La Presse Anarchiste

L’Alliance à tenu son deuxième congrès

Les 30, 31 octo­bre et 1er novem­bre s’est tenu à Paris le deux­ième con­grès de notre organisation.

La présence des groupes de Bor­deaux, Cher­bourg, Nantes, Nice Côte d’Azur et de la région parisi­enne a témoigné tant du développe­ment et de l’é­cho que ren­con­trent nos con­cep­tions dans la classe ouvrière que de la mul­ti­plic­ité et la richesse des prob­lèmes qui se posent aujour­d’hui aux mil­i­tants révolutionnaires.

Certes, tout n’est pas résolu, mais le con­grès s’est attaché à apporter une réponse aux ques­tions qui se posent à un mou­ve­ment qui com­mence à devenir une organisation.

C’est ain­si que le prob­lème de la struc­ture de l’Al­liance a fait l’ob­jet d’une motion adop­tée à l’u­na­nim­ité et qui stip­ule que les syn­di­cal­istes révo­lu­tion­naires et anar­cho-syn­di­cal­istes sont rassem­blés dans des groupes, lesquels sont représen­tés par un ou plusieurs délégués à un comité fédéral.

Les prob­lèmes théoriques que pose notre inter­ven­tion quo­ti­di­enne dans la lutte des class­es ont amené le con­grès à définir un pro­gramme de dis­cus­sions à men­er tant au niveau des groupes qu’à celui du comité fédéral afin d’ap­porter des clarifications.

Les thèmes majeurs retenus sont :

— les comités d’entreprise,

— le chômage,

— le région­al­isme (ten­ta­tive d’op­pos­er les intérêts régionaux à la notion de lutte des classes),

— la lutte con­tre la hiérar­chie (des salaires, etc.),

— le tra­vail intérimaire…

Ces thèmes, et d’autres, ne sont pas notre « chas­se gardée » et nous appelons les tra­vailleurs qui ont ou voudront par­ticiper à la vie de « Sol­i­dar­ité ouvrière », et qui ne sont pas pour autant mil­i­tants de l’Al­liance syn­di­cal­iste, à col­la­bor­er à l’é­tude de ces thèmes et prob­lèmes, à nous faire des sug­ges­tions et des critiques.

À tra­vers les travaux de son con­grès, il ressort qu’il s’ag­it pour nous, mil­i­tants syn­di­cal­istes révo­lu­tion­naires et anar­cho-syn­di­cal­istes, d’ac­tu­alis­er les principes qui nous ani­ment et de con­stru­ire l’Al­liance syn­di­cal­iste comme élé­ment de la lutte du pro­lé­tari­at pour son émancipation.

[/L’Alliance syndicaliste./]