La Presse Anarchiste

? ? ? ?

À la réu­nion du 18 mars on a pu remar­quer que 2 com­pagnons nous étaient d’opinions con­traires à pro­pos des dernières explo­sions de Paris

À ce sujet, nous dirons que si nous ne sommes quelque­fois pas d’accord sur un point, c’est parce que tous les car­ac­tères n’étant pas les mêmes nous sommes portés à agir dif­férem­ment , mais dans le fond, ces ques­tions de détail nous impor­tent peu, atten­du que nous allons tous au même but.

Il est évi­dent qu’on ne peut blâmer l’individu qui, poussé à bout par la mau­vaise organ­i­sa­tion de la société mod­erne, ayant à sup­port­er de con­tin­uelles pri­va­tions, d’incessantes vex­a­tions en vient à don­ner libre cours à la vio­lence de son car­ac­tère, parce qu’il est en quelque sorte irre­spon­s­able de ses actes ; la grande coupable c’est la société qui l’a mécon­nu comme elle mécon­naît le plus grand nom­bre de ses enfants.

Mais, toute­fois, s’il n’y a pas répro­ba­tion qu’on sache aus­si que dans notre cir­con­spec­tion , nous ne voulons être sol­idaires que des actes émanant réelle­ment d’anarchistes, jugés et con­damnés après preuves matérielles et non de ces actes anonymes autour desquels la presse bour­geoise bat la grosse caisse, ce qui peut bien laiss­er sup­pos­er qu’au lieu d’être l’œuvre d’anarchistes sont des menées poli­cières, dont le but est de ter­roris­er ou de provo­quer des perqui­si­tions, des arresta­tions que peut seul motiv­er le trac du camp bourgeois.