La Presse Anarchiste

qui trop embrasse mal étreint…

Aujourd’hui rien de neuf, désolé. Il se trou­ve que j’avais prévu de m’occuper du numéro suiv­ant de la Vie Ouvrière… un arti­cle sym­pa sur les com­mu­nistes (on dis­ait social­istes à l’époque, ce qui fait bien rire vu ce qu’est un social­iste aujourd’hui), un autre sur les ten­ta­tives de regroupe­ment patronaux dans le secteur viti­cole, etc. 

Et puis… je suis retombé sur mes numéros de Pen­dant la Mêlée… Pre­mière guerre mon­di­ale, Pierre Chardon, E. Armand (en tôle)… indi­vid­u­al­isme et tout et tout… je me lance et… pata­tras : L’idée anar­chiste… années 20, revue éclec­tique for­mi­da­ble, arti­cles de Malat­es­ta, etc.

Bref, je me suis un peu dis­per­sé, d’autant plus que j’ai repris les numéri­sa­tion de l’en-dehors d’Armand (les 63 pre­miers sont faits à l’exception du 53, man­quant) et d’autres trucs du même ton­neau (en par­ti­c­uli­er le numéro 2 de « l’anarchie, jour­nal de l’ordre » — j’adore ce titre — revue héroïque de 1850 par Anselme Bellegarigue).

Autrement dit patience, il y aura du neuf bientôt.

Vin­cent Dubuc


dans