La Presse Anarchiste

Retour du macaroni

Et nous retrou­vons le jeune Charles et sa vie de bam­bin aux hor­mones tapageuses qui assiste à la fin du siège de Paris.

Le lecteur cynique con­stat­era que “plus ça change, plus c’est la même chose : incurie des “puis­sants”, manœu­vres politi­ci­ennes quelque soit la grav­ité de la sit­u­a­tion et men­tal­ité sor­dide à tous les éch­e­lons de la pop­u­la­tion : la France éter­nelle dans ce qu’elle a de meilleur.

Ceci dit, ce n’est pas non plus le chapitre le plus intéres­sant de ces sou­venirs, comme je les décou­vre plus ou moins en même temps que vous, j’e­spère que la suite sera un peu plus croustillante.


dans