La Presse Anarchiste

La Conquête du pain (et sans fioritures, on est des gens sérieux ici)

Plus chaud que la braise, plus tor­ride qu’un vol­can, poussé par la fièvre mil­i­tante du gars qui sait que, tout de même l’a­n­ar­chie c’est bien et que la masse grouil­lante n’a besoin que d’une étin­celle de con­nais­sance pour met­tre le feu à la poudre révo­lu­tion­naire qui embrasera ce monde hon­ni je me lance et pub­lie, même pas une semaine après les mémoires du jeune Charles, le numéro 2 de la Con­quête du Pain

Et là, ça retombe, tel le souf­flé au fro­mage sor­ti trop vite du four… Il ne faut pas se men­tir, ça a prit un bon coup de vieux. Pas de place pour la rigo­lade ici, on par­le réno­va­tion morale par l’anarchisme, cer­taine­ment pas gau­dri­ole au fond des bois.

Toute­fois, si on passe sur les arti­cles qui ne devaient sans doute ne servir qu’à rem­plir les colonnes (ayant par­ticipé à la rédac­tion du Lib­er­taire, dernière ver­sion, je con­nais assez bien le principe), on retien­dra l’ar­ti­cle d’Hem Day qui à le mérite de présen­ter une vision assez clair de ce qu’al­laient devenir l’ac­tiv­ité guer­rière. De même la suite du Man­i­feste de la fédéra­tion Jurassi­enne parce que c’est tou­jours intéres­sant de lire ou relire ce genre de chose et enfin les arti­cles sur le colonialisme.

Pour la destruc­tion-de-cette-société-hon­nie-par-le-com­mu­nisme-lib­er­taire-réno­va­teur-du-genre-humain… Ça atten­dra encore un peu, parce que là, c’est l’heure de l’apéro.

Vin­cent Dubuc


dans