La Presse Anarchiste

M. Blum et Poincaré

Pour Mon­sieur Blum, grand man­i­tou du grand Par­ti S.F.I.O., Poin­caré était parés de qual­ités extra­or­di­naires. Il avait mal­heureuse­ment une « lacune » qui l’empêcha d’être vrai­ment un « grand homme ». Cette lacune con­sis­tait en un « retrait vis-à-vis des réal­ités de la vie ». Ça l’empêchait de voir clair dans « les plus graves occa­sions de la vie publique ». 

Ain­si donc, le chef du par­ti social­iste n’a aperçu dans Poin­caré que cette lacune tout autour de laque­lle s’a­massent des qual­ités rares, et d’ex­cep­tion­nelles ver­tus aus­si sans doute. 

Juge­ment sin­gulière­ment ten­dre et qui ressem­ble à une apolo­gie à peine mit­igée de l’homme d’E­tat qui, pour le bon mil­i­tant de la rue, est représen­té, à juste rai­son d’ailleurs, comme l’un des fau­teurs de la plus vaste hécatombe des temps mod­ernes et anciens !

Que penser ? M. Blum a donc déjà oublié la guerre, ses orig­ines, ses caus­es ? Il y fait à peine allu­sion en citant Del­cassé, comme si la forte per­son­nal­ité et l’ac­tion déci­sive de Poin­caré s’ef­façaient der­rière l’ag­i­ta­tion du gnome hurlu­ber­lu du min­istère Rou­vi­er ? Comme si Poin­caré n’avait pas été l’ar­ti­san volon­taire, tenace, de ce qu’il appelait peut-être, en sa qual­ité de lor­rain, la « revanche », mais de ce que, en sa qual­ité d’ex-avo­cat con­seil du Comité des Forges, il pou­vait envis­ager, avec une froide com­pé­tence, comme une « affaire ». 

Il a été démon­tré que l’af­faire n’en était pas une, et que la vic­toire du Comité des Forges était une vic­toire à la Pyrrhus. 

Qui en a fait les frais ? Qui a payé de son sang ? Les peu­ples. Ceux qui n’avaient pos­i­tive­ment rien à défendre, ni rien à gag­n­er qu’un excès de mis­ère et d’oppression. 

Pour M. Blum, cela compte peu. L’éponge est passée sur le sang. Et il reste, pour l’his­toire social­iste, la fig­ure d’un Poin­caré digne d’es­time et de considération… 

M. Blum par­le et juge en par­lemen­taire et en habitué des salons. Il n’ou­blie pas que Poin­caré était pour lui plein d’at­ten­tions et qu’il fai­sait grand cas de ses répliques dans les grands débats financiers. Sat­is­fac­tion per­son­nelle d’amour-pro­pre, sans doute appré­cia­ble, que le Poin­caré de la Con­fi­ance procu­rait, a peu de frais, au grand Lama social­iste, mais qui ne se saurait tout de même équili­br­er l’énorme répro­ba­tion qui pèsera tou­jours sur la mémoire de Poincaré-la-Guerre. 

Nous voulons croire que la con­science social­iste, celle des pro­lé­taires, ne rat­i­fie pas le juge­ment de M. Blum. Ou alors le social­isme, en France, serait bien malade…

[/Rh./]