La Presse Anarchiste

Manifeste du partie de la Démocratie sociale de la Chaux-de-Fonds (Février 1868) Appel aux citoyens du district de la Chaux-de-Fonds

Citoyens, Le Peu­ple neuchâtelois est appelé à exercer sa sou­veraineté au mois de mai prochain. Il aura à renou­vel­er toutes ses autorités. C’est donc un acte de la plus haute impor­tance que le peu­ple aura à accom­plir en celle occasion

Nous avons tous à rem­plir un devoir des plus con­sid­érables ; il faut donc nous recueil­lir, réfléchir, étudi­er toutes les ques­tions qui intéressent la république, la démoc­ra­tie, la jus­tice, l’é­gal­ité et la liberté. 

Nous avons ci deman­der à notre futur Grand Con­seil ou plutôt à une Assem­blée con­sti­tu­ante de grandes et pro­fondes réformes dans nos institutions. 

Nous avons à réformer celles de nos lois qui sont mau­vais­es et à en créer pour rem­plac­er les usages tra­di­tion­nels, les us et cou­tumes. Il est donc urgent pour nous tous d’u­nir nos efforts, nos moyens, nos sen­ti­ments, nos con­vic­tions, pour obtenir des réformes en har­monie avec les idées actuelles de la démocratie.

Pour obtenir ces réformes une révi­sion com­plète et, en tout cas, une révi­sion par­tielle de notre Con­sti­tu­tion est absol­u­ment nécessaire.

Pour que cette révi­sion porte de bons fruits pour le peu­ple, il nous faut déléguer à la Con­sti­tu­ante et au Grand Con­seil des hommes qui s’in­téressent au sort du peu­ple. Notre dépu­ta­tion doit être com­posée d’hommes biens con­va­in­cus que l’avenir de la Chaux-de-Fonds, cette grande cité ouvrière, dépend de la con­struc­tion de maisons ouvrières, offrant des loy­ers à bon marché, et de la con­sti­tu­tion de sociétés de con­som­ma­tion pour tous les objets néces­saires à la vie, afin que les ouvri­ers puis­sent, chez nous, vivre à des con­di­tions aus­si avan­tageuses que partout ailleurs. 

Il faut aus­si que nos députés soient favor­ables aux efforts que les ouvri­ers font pour se moralis­er et pour sor­tir de leur posi­tion pré­caire en créant des sociétés de sec­ours mutuels, d’in­struc­tion mutuelle, d’é­pargne, de crédit mutuel, de con­som­ma­tion et de pro­duc­tion. Nous désirons avant tout avoir des représen­tants qui ne se moquent pas de ces louables efforts et de ces nobles aspirations, 

Le peu­ple neuchâtelois est sou­verain ; il a créé la république ; il est prêt ci la défendre tou­jours ; il veut aus­si la dévelop­per, la for­ti­fi­er en la démoc­ra­ti­sant. Il ne veut plus de parias. Le peu­ple veut bien encore déléguer sa sou­veraineté, mais il entend pour l’avenir pos­séder plus de garanties à ses lib­ertés civiles, poli­tiques et religieuses. 

C’est aux citoyens du dis­trict de la Chaux-de-Fonds seule­ment que nous adres­sons notre appel. Nous n’avons pas la pré­ten­tion de don­ner des con­seils aux autres dis­tricts. Que cha­cun suive ses inspi­ra­tions et fasse son devoir. 

Cepen­dant, à nos conci­toyens, à nos frères de tout le can­ton, nous adres­sons un salut frater­nel et leur exp­ri­mons le désir ardent de les voir marcher spon­tané­ment dans la voie que nous allons suiv­re. Ce serait pour nous un grand jour de réjouis­sance, si au moment de la lutte nous les voyions marcher au scrutin avec un pro­gramme et un dra­peau sem­blables aux nôtres.

[/(à suivre)/]