La Presse Anarchiste

Divers

Une saleté

Depuis longtemps les politi­ciens marx­istes — ne par­lons pas des autres — nous ont habitués à toutes les indig­nités morales. Celle qui s’étale dans l’Human­ité du 5 novem­bre ne peut être passée sous silence.

Le jour­nal du par­ti vise à rien moins qu’à dis­créditer l’ouvrage de Kaut­sky, Com­ment s’est déclenchée la guerre mon­di­ale ? le réquisi­toire le plus acca­blant qui ait été dressé con­tre le crime panger­man­iste, et à en empêch­er la lec­ture par les ouailles du parti.

Pas assez bochophile au gré des néo-com­mu­nistes, le vieux frère d’armes, jadis si respec­té, est froide­ment exé­cuté pour n’avoir pas réc­ité docile­ment le Cre­do à la « guerre cap­i­tal­iste » et à la respon­s­abil­ité équiv­a­lente de l’impérialisme de tous les bel­ligérants — âner­ies qui ont, hélas ! bour­ré trop de crânes.

Ce n’est pas la pre­mière fois que nos social­istes se font les défenseurs du Kaiser. Mais depuis que les ordres vien­nent de Moscou, l’impudence ne con­naît plus de bornes.

L’auteur de cette infamie a courageuse­ment signé : Un Ligueur.

Con­sta­tons enfin que quelques jours après l’Human­ité, Clarté (

Traduit par V. Dave, le livre de Kaut­sky est édité par Costes, 8, rue Mon­sieur-le-Prince. Prix, 10 fr.

L’organe de la C.G.T.

La Bataille a cédé la place au Peu­ple. Celui-là était l’organe offi­cieux de la C.G.T. ; celui-ci en est le jour­nal offi­ciel. L’obligation de neu­tral­ité entre les ten­dances fait d’un jour­nal offi­ciel une chose générale­ment fort incol­ore. La Bataille s’efforça longtemps de garder cette neu­tral­ité, jusqu’au moment où l’acuité des divi­sions, en l’obligeant à pren­dre plus net­te­ment posi­tion, la ren­dit plus vivante. Le Peu­ple peut au moins être bien doc­u­men­té. Il est assuré de ressources qui firent tou­jours défaut à La Bataille. Tout con­fédéré versera 1 franc pour le jour­nal. La rédac­tion est con­sti­tuée en par­tie par le per­son­nel de La Bataille, en par­tie par celui de l’Ate­lier. Le secré­taire est Harmel. L’adresse reste 67, quai Valmy, 10e.

François Marie, l’ancien admin­is­tra­teur, annonce qu’il va faire paraître La Bataille sous forme de revue bi-men­su­elle à par­tir du 1er février.

Nous avons reçu

L’Éducation nou­velle et pop­u­laire, organe heb­do­madaire, tri­bune libre des par­ents et des édu­ca­teurs, parais­sant à Genève, 31, rue Pin­chat, avec la col­lab­o­ra­tion de Roor­da y Eysin­ga, pro­fesseur, Dr Wintsch, etc.

Le numéro coûte trente cen­times (suiss­es) et l’abonnement pour l’étranger est de 13 francs (suiss­es).

La Con­cep­tion du natur­isme lib­er­taire, une brochure de Hen­ri Zis­ly, édi­tion de la revue « Gram­ma­ta », Alexan­drie (Égypte). 0 f r. 75 à La Vie naturelle, 7, rue Jean-Robert, Paris-16e.

Jean Coste­belle, matelot, de l’ami Hen­ry-Jacques. Un roman de la bib­lio­thèque Char­p­en­tier, chez Fasquelle.

Vers la Délivrance, de Gus­tave Cau­vin. C’est le réc­it détail­lé de la cam­pagne anti-alcoolique de 1918 et 1919. Une brochure de 174 pages avec illus­tra­tions, 3 francs ; par 10 exem­plaires, 2 fr. 50. Ligue Nationale con­tre l’Alcoolisme, 147, boule­vard Saint-Germain.

L’Effort féminin aux États-Unis, de la doc­toresse N. Wintsch-Malé­eff. Un arti­cle tiré à part, à la Grande Revue.

Antial­coolisme con­struc­tif. Util­i­sa­tion rationnelle des fruits et spé­ciale­ment des pommes et des raisins, par A. Daudé-Ban­cel ; une brochure de 32 pages, en vente à Vouloir, 14, rue Cail­lon, Paris, et chez l’auteur.

Signalons

Dans La Feuille, lib­er­taire, éclec­tique, parais­sant tous les mois à Lyon, 41, rue Rabelais, une enquête sur l’anarchisme. La con­clu­sion de l’enquête, due à la plume de Hen­ri Zis­ly, est celle-ci : Quiconque nie l’État est anar­chiste. Par con­séquent, déclare Zis­ly, « les naturiens et natur­istes lib­er­taires, les indi­vid­u­al­istes lib­er­taires, même les dis­ci­ples sincères de Jésus et de Tol­stoï sont des anar­chistes », avec des tem­péra­ments différents.

La Mère édu­ca­trice (secré­taire de rédac­tion Madeleine Ver­net, à Épône, (S.-et‑O.), est une petite revue fort bien faite et qui fait une pro­pa­gande réelle­ment éducative.

Le Réveil com­mu­niste-anar­chiste, bi-men­su­el, 6, rue des Savois­es, Genève, rédigé par Bertoni. Tous les numéros en sont intéressants.

Dans la très lit­téraire Revue Romande, nous remar­quons les arti­cles de notre cama­rade Gross, de Genève.

Bureau International du Travail (à Genève)

Le B.I.T. a entre­pris divers­es séries de pub­li­ca­tions, dont la plu­part ont déjà com­mencé à paraître. En voici la liste :

  1. Revue inter­na­tionale du tra­vail, men­su­elle, 50 francs (français) ; elle con­tien-dra des arti­cles, des sta­tis­tiques et des infor­ma­tions sur l’industrie et le travail ;
  2. Bul­letin d’information, heb­do­madaire, 25 francs (français), jour­nal offi­ciel du B.I.T. et de son activité ;
  3. Revue quo­ti­di­enne de presse, 165 francs (français) ;
  4. Études et doc­u­ments, 200 francs (français) ;
  5. Série bib­li­ographique, 10 francs ;
  6. Série lég­isla­tive, 35 francs ;
  7. Doc­u­ments de la Con­férence inter­na­tionale du Tra­vail, 5 francs ;
  8. Pub­li­ca­tions non péri­odiques (études spé­ciales et pub­li­ca­tions diverses).

Langue allemande

Nous lisons avec beau­coup d’intérêt les heb­do­madaires révo­lu­tion­naires de langue alle­mande, notam­ment Erken­nt­nis und Befreiung, qui paraît à Vienne sous la direc­tion de Pierre Ramus ; Der Syn­dikalist, dont le cama­rade Fritz Kater est le rédac­teur en chef, et Der freie Arbeit­er, qui est l’organe de la Fédéra­tion des anar­chistes-com­mu­nistes d’Allemagne. C’est avec plaisir que nous apprenons, par ce dernier jour­nal, que le mou­ve­ment s’étend à tra­vers tout le pays. Des groupes, menant une pro­pa­gande active, exis­tent dans presque toutes les grandes villes. L’organisation de ces groupes est autrement avancée en Alle­magne qu’en France. Les organes ci-dessus nom­més don­nent des arti­cles de fond qui répon­dent, d’une manière générale, aux ten­dances des T. N. et ne peu­vent que con­tribuer à répan­dre les idées com­mu­nistes libres dans la masse. Les mêmes idées sont répan­dues en Hol­lande par le Vri­je social­ist.