La Presse Anarchiste

Silence

Com­bi­en de fois ai-je, sans voir,
Sup­primé de vies misérables ?
J’étais sans ma tâche haïssable
Celui qui ne doit pas savoir.
Il y a, ren­dus à la terre,
Des corps par mon fusil couchés.
Je les ai moi-même arrachés
À l’espoir de finir la guerre.
Ni meilleurs, ni pires non plus,
Ces gens-là me valaient sans peine.
De la grande famille humaine
Nous étions les frères perdus.
Je sens les bat­te­ments tranquilles
D’un cœur gardé tou­jours pareil ;
Je lève mes mains au soleil :
Rien n’y reste d’une œuvre vile.
Je suis, sans remords, détourné
D’un mal dont je ne suis pas cause,
Mais, en moi, je sens quelque chose
Qui voudrait être pardonné. 

[/Hen­ry-Jacques.

(La Sym­phonie héroïque. Finale.)/]