La Presse Anarchiste

Tout pour la paix

La Paix ?

Une marchan­dise que l’on débite par tranch­es, sous toutes les formes, et qui sert aux prof­i­teurs de guerre à pré­par­er la prochaine.

Pour en par­ler, on en parle !…

Con­grès, rassem­ble­ments, com­bat­tants de la Paix, Femmes paci­fistes (nou­veau-nés antiguer­ri­ers, pourquoi pas ?), mou­ve­ments locaux, nationaux, inter­na­tionaux, etc. Tout cela pour assur­er au genre humain une sécu­rité, incon­cev­able, hélas ! en l’état actuel des choses.

Or tous ces groupe­ments (j’en excepte évidem­ment les paci­fistes qui n’ont pas fait don de leur per­son­ne à un par­ti poli­tique quel­conque), s’ils veu­lent la paix, s’ils la récla­ment avec une grandil­o­quence d’autant plus vio­lente qu’elle est peu sincère, ne man­quent pas d’applaudir aux vic­toires d’une armée quel­conque au ser­vice de n’importe quel ratio­nal­isme pourvu qu’il soit dans l’orbite de Moscou.

Nous vivons une péri­ode qui n’est pas pré­cisé­ment de paix. En Asie des com­bats se livrent jour­nelle­ment. Des hommes tombent. Tous se bat­tent pour la paix… C’est du moins ce qu’on leur a dit. Et l’Afrique, à son tour, entre dans la danse.

Les nations « paci­fistes » poussent au parox­ysme leurs fab­ri­ca­tions de guerre.

Avions et fusées radio-guidés, bombes atom­iques, armes plus ou moins secrètes sont toutes prêtes à entr­er en action sur un signe des fous furieux qui gou­ver­nent au nom du peu­ple (qu’ils dis­ent !) ou de la démoc­ra­tie (qui a bon dos !)

En atten­dant, les éter­nels couil­lons qui font les frais de toute cette saleté ont bonne mine ! Le nez sur le canard quo­ti­di­en qui les endort, ils n’ont pas encore com­pris et l’on peut sincère­ment se deman­der s’ils com­pren­dront un jour.

L’homme, cet ani­mal… inférieur !

[/Pierre Mualdès./]