La Presse Anarchiste

Remords

Pour le petit enfant je com­pose des rimes
Sous la brise qui court dans le parc attiédi…
Le même vent chan­tant du bel après-midi
À vu la guerre au loin se repaître de crimes.

Tran­quille je grif­fonne en des phras­es minimes
Un vague enfan­til­lage ou un con­te inédite.
Puis me vient ce remords de ne pas avoir dit
Mon hor­reur de vos morts, lam­en­ta­bles victimes !

Mal­gré le pur soleil, la bataille là-haut…
Ces jeunes rav­agés lors d’un été superbe
Le sang de tant d’amis qui doit pour­rir dans l’herbe…

Et moi qui me devrais en implaca­ble écho
De me dress­er encor, de jeter l’anathème…
Je tra­vaille au refrain d’un mal­heureux poème…

[/Henri Frossard/]