La Presse Anarchiste

Les Grands problèmes du Syndicalisme

Le pre­mier numéro du Com­bat Syn­di­cal­iste, organe de la CGTSR, pub­lie la déc­la­ra­tion du Con­grès de Lyon sur le rôle du syn­di­cal­isme révo­lu­tion­naire avant et après la révolution.

Les prob­lèmes posés par cette déc­la­ra­tion – ou ce man­i­feste – sont telle­ment impor­tants et d’une portée si grande, que nous croyons qu’il serait de la plus grande util­ité de la dis­sé­quer dans ses par­ties les plus vitales et d’étudier plus à fond cha­cune des ques­tions car­di­nales qui y figurent.

Nous sommes à un tour­nant de l’histoire où les phras­es seules ne suff­isent plus. La péri­ode de crises per­ma­nentes que nous tra­ver­sons exige de nous des solu­tions con­crètes à des prob­lèmes con­crets. Il ne suf­fit plus de dire que nous voulons une société fondée sur le bien-être et la lib­erté des indi­vidus. Il faut pou­voir indi­quer par quels moyens, et de quelle façon la réal­i­sa­tion de ce but peut être accom­plie. Il ne suf­fit plus de vouloir détru­ire le Cap­i­tal­isme et l’État. Il faut pou­voir rem­plac­er ces sys­tèmes par un autre qui don­nerait à la société humaine la capac­ité de s’organiser librement.

Le man­i­feste du syn­di­cal­isme révo­lu­tion­naire que pub­lie l’organe de la CGTSR tente d’esquisser une réponse con­crète au grand prob­lème de la recon­struc­tion sociale. Certes, tout ne peut être dit dans un man­i­feste. Il ne peut qu’indiquer les grandes lignes. Notre devoir est de ren­dre ces lignes nettes, pré­cis­es et ne pou­vant don­ner lieu à des malen­ten­dus. La Voix du Tra­vail tâchera donc d’analyser séparé­ment cha­cun des prob­lèmes angu­laires que le man­i­feste n’a fait qu’effleurer.

Nous pou­vons sub­di­vis­er ces prob­lèmes en deux caté­gories impor­tantes : les prob­lèmes d’ordre général et les prob­lèmes d’ordre par­ti­c­uli­er. Par­mi les prob­lèmes d’ordre général, men­tion­nons, comme les plus sail­lants, les suivants :

  1. La ques­tion de la doc­trine du syn­di­cal­isme face aux autres doctrines.
  2. Le prob­lème de l’organisation de la production.
  3. Le rôle du syn­di­cat au lende­main de la Révolution.
  4. La ques­tion de l’interdépendance du tra­vail manuel et du tra­vail intel­lectuel et technique.

Par­mi les prob­lèmes d’ordre par­ti­c­uli­er, notons surtout :

  1. Notre atti­tude envers la Charte d’Amiens.
  2. Notre atti­tude envers les par­tis politiques.
  3. Le prob­lème des grèves par­tielles et générales.
  4. Le prob­lème de la défense, les armes à la main, des con­quêtes de la révolution.
  5. Le prob­lème de la sta­bil­i­sa­tion éventuelle de la révolution.

Nous n’avons pas l’intention d’examiner ces dif­férents prob­lèmes dans l’ordre, tel que nous venons de les énumér­er. Ce seront plutôt les exi­gences du moment qui dicteront l’ordre.

Pour com­mencer, nous pub­lions, dans ce numéro, une pre­mière étude de notre cama­rade P. Besnard sur le rôle des techniciens.