La Presse Anarchiste

Le statut des objecteurs

Le statut des objecteurs de con­science a été défini­tive­ment voté. Il spé­ci­fie que, ceux qui en béné­ficieront, occu­per­ont, en cas de guerre, des postes dan­gereux, et dès main­tenant devront accepter les mis­sions et les travaux qu’on leur imposera. Ce ne sera sans doute pas très drôle.

Surtout, les objecteurs de con­science devront accom­plir le dou­ble de temps du ser­vice mil­i­taire accom­pli par les autres – car c’est d’un ser­vice mil­i­taire spé­cial qu’il s’agit. La brimade der­rière la con­ces­sion. On n’en est pas surpris.

Social­istes et com­mu­nistes ont voté con­tre sous pré­texte de désac­cord avec les con­di­tions imposées. Mais les social­istes – à part quelques indi­vid­u­al­ités – ne se sont jamais occupés de ce prob­lème, et le seul homme d’État qui dès les pre­miers moments ait accep­té le principe de l’objection de con­science a été de Gaulle. Les con­di­tions apportées l’ont été par sa majorité par­lemen­taire et par les officiers et les généraux qui lui reprochent d’être un antimilitariste…

Quant aux com­mu­nistes, ils furent bien con­tents de trou­ver ces pré­textes. Car en URSS les objecteurs de con­science sont enfer­més dans les asiles d’aliénés…