La Presse Anarchiste

Réalités sud-américaines

Dans le numéro 7, cor­re­spon­dant aux mois de jan­vi­er-févri­er 1964, de la revue Panora­mas, éditée à Mex­i­co, nous trou­vons une étude pub­liée par le par­ti « Aprista » péru­vien sur l’économie sociale du Pérou. Cette étude, sérieuse et courageuse, mon­tre la réal­ité des struc­tures sociales qui dans ce pays, comme dans tant d’autres de l’Amérique indo-latine, remonte à l’implantation des « con­quis­ta­dores » dans cette par­tie du monde. Nous y relevons, sur la sit­u­a­tion de la pop­u­la­tion agraire, ces chiffres qui, à peu de choses près, cor­re­spon­dent à ceux de la Colom­bie, du Brésil, de l’Équateur, etc., du Mex­ique à la Terre de Feu. Ils prou­vent, une fois de plus, même si cela bous­cule le con­fort intel­lectuel de ceux qui expliquent toute la mis­ère cen­tre et sud-améri­caine par l’exploitation « yanque », que les caus­es fon­da­men­tales sont beau­coup plus pro­fondes. En ne les dénonçant pas on ne sert pas la vérité, mais on fait le jeu des pires exploiteurs des grandes mass­es humaines dont on détourne l’attention en les exci­tant con­tre les « étrangers ».

Le dernier recense­ment agri­cole, dit cette étude, a mon­tré que, sur 20 600 000 hectares de ter­res labourées et de prairies naturelles :

– 95 pour cent des pro­prié­taires n’en pos­sè­dent que 6 %, soit 1 260 000 hectares, groupées en 546 000 fer­mes d’une moyenne de 2,03 hectares chacune ;
– 1 pour cent des pro­prié­taires pos­sè­dent des fer­mes de 20 à 200 hectares ; moyennes : 54 hectares par ferme, et pour­cent­age sur la super­fi­cie totale : 1,08 % ;
– 4 832 pro­prié­taires, soit moins de 4 % du total, pos­sè­dent 93 % du total des ter­res, et la moyenne des exploita­tions est de 2 200 hectares.

Enreg­istrez, et n’oubliez pas.