La Presse Anarchiste

Vision d’avenir

Bien­tôt l’État et la machine ne fer­ont qu’un. Tout sera stan­dard­isé, nor­mal­isé, tay­lorisé. La spé­cial­i­sa­tion aura mis toutes valeurs pro­duc­tives à leur rang, et ceux-là seuls qui ne pour­ront attester d’un coef­fi­cient de pro­duc­tion oblig­a­toire assez élevé devront être mis à part, c’est-à-dire sup­primés, puisqu’ils viendraient inutile­ment grev­er les div­i­den­des soci­aux. Touchante per­spec­tive en vérité.

Au som­met de chaque col­lec­tiv­ité, somme plus ou moins impor­tante en nom­bre de numéros rassem­blée par la seule force du Chiffre, le Dic­ta­teur, directeur du con­sor­tium d’usines qui con­stituera jusqu’à nou­v­el ordre les patries, suprême expres­sion de la ter­mi­tière, ce chef aura sous ses ordres ceux qui créent les plans et les méth­odes de tra­vail. Cette volon­té n’aura à pren­dre con­seil pour agir que les seuls intérêts matériels de l’entreprise. Et c’est le con­traire qui arriverait dans une société où l’Esprit aurait encore place.

[/Philéas Leber­gue./]