La Presse Anarchiste

À comptes, comptes et demi

Con­tre-courant file rapi­de­ment par bon vent arrière. C’est indé­ni­able, et la pre­mière des choses à faire est de remerci­er les nom­breux amis qui nous ont envoyé des mots flat­teurs. Du 20 décem­bre au 29 févri­er 150 459 francs sont par­venus au jour­nal. C’est un bon début. Un essai qu’il faut trans­former diraient les footballeurs.

Premiers ennuis

Cela allait trop bien. Nous nous étions payé une cou­ver­ture. Tout comme les revues de luxe. Parce que nous avions trou­vé du papi­er à un prix raisonnable. L’im­primeur rabais­sa nos pré­ten­tions : pour la cou­ver­ture par sa fac­ture, pour le papi­er par sa mau­vaise humeur. Nous avons dû chang­er d’im­primeur et sup­primer la cou­ver­ture pro­vi­soire­ment. Mais grâce à cer­tains arti­fices tech­niques le texte reste aus­si copieux.

Maintenant tous à l’œuvre

Nous avons remer­cié pour les com­pli­ments. À présent nous atten­dons la col­lab­o­ra­tion de cha­cun d’en­tre vous car chaque mois il y a une fac­ture à régler. Donc, que ceux qui trou­veront sur leur bande d’en­voi : Abon­nement ter­miné, se met­tent en règle. C’est qu’ils auront nég­ligé depuis longtemps d’adress­er leur quote-part. Que ceux qui nous ont promis de faire des abon­nés s’exé­cu­tent. Il nous en faut deux mille rapi­de­ment. Une dizaine de nos amis pla­cent dans leur entourage qui 2, qui 3, qui 5 et même 10 exem­plaires. Voilà un mou­ve­ment qui peut pren­dre de l’am­pleur. Un exem­plaire placé ain­si équiv­aut presque à un abon­né. Pensez‑y ; la plu­part d’en­tre vous fréquentent des gens qui pensent comme eux et 30 francs ce n’est pas la mer à boire pour beau­coup. Enfin nous vous faisons con­fi­ance, faites pour le mieux. L’essen­tiel est de regrouper rapi­de­ment autour de Con­tre-courant les anciens de C.Q.F.D., des Nou­velles Paci­fistes aux­quels s’ad­join­dront des nou­veaux qui combleront les vides s’il y en a. À l’œu­vre amis !