La Presse Anarchiste

Succursale de Charenton

Ils devi­en­nent de plus en plus fourneaux à l’Aquarium.

Y a un détraque­ment général ; c’est à qui sera le plus loufoque et lancera les propo­si­tions les plus renversantes.

La semaine dernière un des types de la col­lec­tion pro­po­sait tout bête­ment d’en­fer­mer les votards dans un cabanon pour l’isol­er, et avoir par ce truc la cer­ti­tude qu’il n’y a pas de pression. 

Il faut qu’il ne leur reste pas un liard de jugeotte pour s’oc­cu­per d’embêter le votard en lui ren­dant sa corvée bassi­nante, juste au moment où il com­mence à en avoir soupé des comédies électorales.

Puisqu’ils étaient sur cette ques­tion des cabanons, ils n’au­raient pas mal fait d’en com­man­der quelques cen­taines afin de s’y boucler eux-mêmes.

Car c’est la pure vérité, leur bou­tique est désor­mais une suc­cur­sale de Charenton.

[|

|]

Same­di, c’é­tait Félix Pyat qui y allait de sa bourde.

Cha­cun son tour, parbleu ! 

Je crois bien que sa propo­si­tion est encore la plus épatante de toutes. C’est à n’y pas croire !

Il demande qu’on gar­nisse la place de la Con­corde de 87 stat­ues, une pour chaque département. 

Cette rib­am­belle de stat­ues seraient inau­gurées pen­dant l’ex­po­si­tion — par Félix Pyat lui-même ?

On invit­erait pour la cir­con­stance les 19 corps d’ar­mée, les maires de toutes les com­munes, avec leurs familles, les pom­piers et une tri­fouil­lée de délé­ga­tion qu’on logerait au Bois de Boulogne, ou dans la plaine St-Denis. 

Félix Pyat appelle ça la trêve de France, pour faire con­cur­rence à une trêve de dieu, qu’il y a eu dans les temps anciens.

Faut lui par­don­ner, il est un peu gaga le vieux birbe ! 

Et dire que depuis qu’il est bouffe-galette, c’est le seul remède qu’il ait dégot­té pour venir en aide au populo.

Et qu’on racon­ter main­tenant qu’un député social­iste ne fout rien à l’Aquarium !

Si nous ne sommes pas con­tents, c’est que nous sommes dif­fi­ciles : des stat­ues plein la place de la Con­corde — c’est ça qui va rem­plir le ven­tre des pau­vres bougres !

[|_________|]

S’il l’avait com­plété sa propo­si­tion, peut-être qu’elle serait potable. 

J’y vais faire un « amende­ment » comme ils dis­ent dans leur turne.

« Je demande que ces stat­ues soient désor­mais con­sid­érées comme la vraie et unique représen­ta­tion nationale, et soient seules chargées de bâcler les lois. »

À ce compte-là nous y aurons du benef ! 

Plus de vingt-cinq balles à pay­er, plus de tripo­teurs, et surtout moins d’emmerdement.


Publié

dans

par

Étiquettes :