La Presse Anarchiste

Cadeau pour la tante Denise (ou pour toi jeune influenceur en recherche de likes)

[(Je cherche en grande pri­or­ité à com­pléter les col­lec­tions des Cahiers du Social­isme Lib­er­taire, des Cahiers de l’Humanisme Lib­er­taire et de Civil­i­sa­tion Lib­er­taire. Si vous êtes prêts à me les céder (vente ou don, col­lec­tions com­plètes ou non), à me les prêter pour copie ou toute autre idée, con­tactez-moi par mail (lien en bas de cet article). .)]

Aujour­d’hui, le numéro 19 de l’U­nique. du bon, du moins bon, et bien enten­du du mauvais.

Pour com­mencer une polémique Armand/Martucci, qu’on lira (peut-être) avec intérêt en ce qu’elle présente claire­ment dif­férentes visions de l’in­di­vid­u­al­isme. Un regret : cette dis­cus­sion com­mence par un arti­cle d’En­zo Mar­tuc­ci pub­lié dans Ver­tice que je n’ai pas (et je ne pra­tique pas l’i­tal­ien). Sur le même thème une cor­re­spon­dance de Jean Marestan à lire avec intérêt. Avec cela, la suite de La philoso­phie de l’é­goïsme par James L. Walk­er, texte à ma con­nais­sance jamais traduit ailleurs et l’une des bases de l’in­di­vid­u­al­isme étatsunien.

Pour le reste… Dis­ons que si vous avez une tante Denise pas­sion­née de broderie, je vous con­seille les œuvres com­plètes des apho­rismes de Devaldès ou Lacaze-Duthiers. C’est idéal pour faire un nap­per­on avec une belle cita­tion (à accrocher de préférence sur la porte des toi­lettes). Nous avons là deux véri­ta­bles précurseurs dans le sens que leurs pen­sées feraient fureur en illus­tra­tion des dif­férents por­traits creux pub­liés par mil­liers sur les réseau soci­aux  : Toi, l’a­mi qui voulant nous faire part de la pro­fondeur de ton esprit à inscrit sur ton pro­fil « vis ta vie kom si elle ne dur­era qu’un jour » fais-toi lik­er deux fois plus grâce à Lacaze-Duthiers. Ne me remer­cies pas (et mets un pouce bleu). 

Ceci dit, il y a pire… Mau­rice Imbard, Momo pour les intimes qui nous déclame de la façon la plus pédante pos­si­ble à quel point l’in­di­vid­u­al­iste est supérieur au vil pecum. « Baisse les yeux faquin, je suis un prince, moi Mooossieur. »

Je vous fais grâce du reste (vous jet­terez un œil curieux à l’ar­ti­cle sur les Tem­pli­ers, un truc bizarre, à moitié com­plo­tiste-mys­tique-his­torique, extrait de je ne sais où) 

Sinon, je vais encore bat­tre des records d’au­di­ence : Armand pub­lie un nou­veau « Poème pour l’amie », pour la petite his­toire c’est le titre qui génère le plus de traf­ic sur le site (tristesse du webmaster)

[(Bien plus intéres­sant que mes petites intro­duc­tion à l’hu­mour vaseux : j’ai com­mencé la numéri­sa­tion du jour­nal Lib­erté de Louis Lecoin dont le com­bat prin­ci­pal fût le paci­fisme en général et la défense de l’ob­jec­tion de con­science en particulier.

Vous pour­rez con­sul­ter les 10 pre­miers numéros en ver­sion image en suiv­ant ce lien.)]

Bonne lec­ture.


dans