La Presse Anarchiste

Liberté (1958/1971)

[(Je cherche en grande pri­or­ité à com­pléter les col­lec­tions des Cahiers du Social­isme Lib­er­taire, des Cahiers de l’Humanisme Lib­er­taire et de Civil­i­sa­tion Lib­er­taire. Si vous êtes prêts à me les céder (vente ou don, col­lec­tions com­plètes ou non), à me les prêter pour copie ou toute autre idée, con­tactez-moi par mail (lien en bas de cet article). .)]

Aujour­d’hui un nou­veau jour­nal fait son appari­tion sur le site : Lib­erté de Louis Lecoin.

Vous y trou­verez — surtout — des arti­cles pour l’ob­jec­tion de con­science et la défense des objecteurs, ce qui ne dira sans doute pas grand chose aux plus jeunes des vis­i­teurs du site, mais qui fut l’un des com­bat les plus acharné de presque tout l’après-guerre. 

Vous y trou­verez aus­si du Pierre-Valentin Berthi­er. Un arti­cle de lui jus­ti­fie en général la lec­ture d’un jour­nal et, pour être franc, quand je col­lab­o­rais au Lib­er­taire son arti­cle men­su­el était sou­vent la seule con­tri­bu­tion de qual­ité. Bon, dans le cas présent c’est une réécri­t­ure d’un arti­cle qu’il avait don­né dans Défense de l’Homme 10 ans plus tôt (numéro 1 de 1948 pour être pré­cis). J’ai déjà dit ailleurs toute l’es­time que j’ai pour Pierre-Valentin, il a été une des ren­con­tre les plus mar­quante de ma vie mil­i­tante. Il y a aus­si du Charles-Auguste Bon­temps et du Robert Jospin (père de son fils, si l’on peut dire, pau­vre homme). Du Rassinier avant le drame etc. 

Vous trou­verez aus­si une note sur un procès, celui de Georges Bur­gat. Bur­gat fut l’une des fig­ure de l’a­n­ar­chisme havrais et l’un des fon­da­teurs de La Rai­son canard anarchiste/libre penseur (pléonasme) nor­mand. Cor­donier de méti­er, il s’é­tait fait exemp­té en se faisant pass­er pour infirme. Pen­dant la guerre, il s’é­tait fait la malle et remar­ié… en oubliant de se sépar­er légale­ment de son anci­enne épouse. C’est donc pour bigamie qu’il devait tomber 20 ans plus tard. Je cherche bien enten­du des exem­plaires de La Rai­son et de son livre autobiographique.

Bref, plutôt pas mal. En fait pour la petite his­toire du mou­ve­ment, cet heb­do­madaire fut celui qui ame­na mon vieux copain Jean-Pierre Jacquinot à l’a­n­ar­chisme : il sor­tait alors de la guerre d’Al­gérie et c’é­tait alors le seul canard anar­chiste facile­ment trou­vable. D’ailleurs lors de son exclu­sion de la Fédéra­tion Anar­chiste, il lui fut reproché d’avoir plus don­né en souscrip­tion à Lib­erté qu’au Monde Lib­er­taire (il faut dire que la FA et surtout Mau­rice Joyeux crevaient de jalousie devant les suc­cès de Lecoin et que même après son décès, ils ne les avaient tou­jours pas digéré… mais c’est une autre histoire)

Pour les impa­tients, j’ai mis en ligne les pre­miers numéros deLib­erté suiv­ez le lien.

Bonne lec­ture

Vin­cent Dubuc


dans