La Presse Anarchiste

Lycées : les 10 %

Pour rétablir l’or­dre dans les lycées : les laiss­er « auto­gér­er » par les usagers… c’est l’ex­em­ple fourni par des expéri­ences de « 10 % ».

Les 10 % désig­nent un cap­i­tal horaire sous­trait au temps d’en­seigne­ment (10 % de ce temps) et ren­du disponible 

« en pri­or­ité, pour des activ­ités met­tant l’ac­cent sur le tra­vail d’équipe des pro­fesseurs… il pour­ra être util­isé par exem­ple pour le développe­ment du tra­vail indépen­dant, pour la doc­u­men­ta­tion, et pour d’autres activ­ités éduca­tives liées à l’en­seigne­ment qui impliquent un con­tact extérieur à l’étab­lisse­ment, telles que stages d’élèves, excur­sions, etc. » (Cir­cu­laire du 27 mars 1973). 

Aucune direc­tive spé­ci­fique n’ac­com­pa­gne ces indi­ca­tions parce qu’il est dans l’e­sprit même de ces 10 % d’être une activ­ité fac­ul­ta­tive, mal définie, per­me­t­tant une util­i­sa­tion très sou­ple lais­sée au choix du consommateur. 

Devant ce vague, les admin­is­tra­tions des lycées ont réa­gi de façon dif­férente. Soit, elles ont décidé d’ap­pliqué autori­taire­ment une mesure qui ne l’é­tait pas. Soit, incer­taines, pru­dentes, elles se sont con­tentées de dif­fuser l’in­for­ma­tion lais­sant l’ini­tia­tive aux profs. Ceux-ci, tout aus­si réti­cents, sont restés dans une sit­u­a­tion d’at­tente. De fait, dans ce cas là, ce sont les élèves qui ont réclamé à grands cris l’ap­pli­ca­tion de ces 10 % ; non pas, pour pure­ment et sim­ple­ment met­tre en pra­tique une réforme min­istérielle, mais parce qu’ils voy­aient, dans tout ce flou, une occa­sion de faire enfin quelque chose qui les intéres­sait. Et les 10 % ont bien fail­li devenir une activ­ité sub­ver­sive (pro­jeter le film His­toire d’A, organ­is­er des dis­cus­sions avec le MLAC, des tra­vailleurs). C’est là que profs et admin­is­tra­tion ont com­mencé à réa­gir devant une sit­u­a­tion qui leur échappait. 

Heureuse­ment que les bons péd­a­gogues libéraux étaient là pour expli­quer, comme d’habi­tude, que ces 10 % il fal­lait les pren­dre, les détourn­er (ce qui n’est pas faux) et que, par con­séquent, pour qu’on ne puisse pas nous les sup­primer (et c’est là que se fait le cli­vage), il fal­lait que ce soit quelque chose de sérieux, qu’il n’y ait rien à leur reprocher, qu’on allait prou­ver, en gérant nos activ­ités nous-mêmes dans le lycée, qu’on fai­sait mieux que tous les pro­viseurs, admin­is­tra­teurs, et min­istres de l’É­d­u­ca­tion nationale de tous poils.

Organisation

Les thèmes pro­posés par profs et élèves — à part une ou deux sor­ties dans Paris sous pré­texte d’é­tudes géoso­ci­ologiques ou de vis­ite de musée, ce qui finale­ment était ce qu’il y avait de mieux — auraient pu à peu près tous fig­uré sur les listes de sujets d’agrégation. 

Non pas que c’é­tait sans intérêt, loin de là, mais déjà sur le papi­er ça vous pre­nait l’al­lure de cycles de con­férences organ­isés par des cerveaux tristes et émi­nents… pour être sérieux, c’é­tait sérieux ! 

Cha­cun de ces thèmes était patron­né par un ou des profs, pas for­cé­ment spé­cial­istes en la matière (ex : prof de langue sur un thème d’his­toire), les élèves se répar­tis­sant dans tout ça selon leurs désirs évidem­ment, et même ô lib­erté suprême ils pou­vaient ne pas y aller du tout. Dans ce cas, ils devaient aller en cours avec con­trôle de présence à l’appui.

Exemple

Par­mi tous les sujets pro­posés, il y avait inévitable­ment, puisque c’est tou­jours et pour cause, de la 6e à la ter­mi­nale, le prob­lème intéres­sant : la sexualité. 

Déroule­ment des 10 % sur le thème de la sexualité :

  • élèves entassés dans la salle, sur les tables, par terre, debout ser­rés con­tre les murs ; 
  • le prof (ou les profs selon les salles) seul, debout sur l’estrade, der­rière le bureau ; 
  • trois ou qua­tre heures de dis­cours pro­fes­so­ral, qua­si inin­ter­rompu, sur la sex­u­al­ité devant une salle silen­cieuse et atten­tive. Dis­cours pater­nal­iste, sci­en­tifique, philosophique, soci­ologique, moral­iste, selon les cas et les moments, sou­vent com­plète­ment faux, débile, réac. . bref, triste.

Résultat

Ça a dû faire telle­ment ban­der les profs, qui y ont par­ticipé qu’ils en ont rede­mandé et on remit ça au plus vite. 

Le pou­voir, le sen­ti­ment de puis­sance du prof qui croît à son truc, qui déballe son savoir seul face à sa classe, et qui le fait ingur­giter, c’est déjà pas rien en temps ordi­naire (et c’est ça le feu péd­a­gogique qui fait le bon prof, bril­lant intel­lectuel de gauche ou som­bre crétin réac). Mais c’est mal­gré tout lim­ité (par le nom­bre d’élèves, la spé­cial­ité du prof…). Jamais jusqu’à main­tenant, un prof dans l’ex­er­ci­ce de ses fonc­tions n’avait pu éten­dre cette puis­sance à tout un lycée, sur un champ intel­lectuel aus­si vaste. Mais grâce aux 10 %, quelle jouissance ! 

  • au lieu d’avoir en face de soi ses trente élèves habituels on en a cinquante, soix­ante… et incon­nus. Des nou­veaux-vierges en quelque sorte ; 
  • au lieu de dégois­er ses maths ou sci­ences-nat habituelles on dégoise avec maîtrise sur n’im­porte quoi où on est cen­sé ne pas être spé­cial­iste, mais en prou­vant bien qu’on l’est mal­gré tout. Savoir dont on ne s’é­tait jamais sévi, puis­sance toute neuve ; 
  • pas besoin d’user de tac­tiques répres­sives quel­con­ques puisque les élèves qui sont là sont consentants. 

Con­séquence logique : les élèves se sont bien fait bais­er. S’en sont-ils aperçus ? quelques-uns sans doute, les aso­ci­aux car­ac­térisés dont on ne pour­ra jamais rien faire qui se sont bien ren­du compte qu’en­tre çà ou le cours, pour eux, il n’y avait sou­vent, au mieux, qu’une dif­férence d’ap­pel­la­tion. Mais dans l’ensem­ble, même par­mi les dits gauchistes, ceux qui font chi­er en classe, tou­jours prêts à semer le bor­del quelles que soient les cir­con­stances, tous ont écouté bien sage­ment, la bouche ouverte. La pilule a changé de couleur ; même que là où on l’a bien ingur­gitée, on en a oublié de se bat­tre sur la réforme Fontanet.

Conclusion

Réforme gou­verne­men­tale, sous cou­ver­ture de libéral­i­sa­tion, pour récupér­er dans l’in­sti­tu­tion des activ­ités déviantes + profs de gauche organ­isant cette récupéra­tion sous cou­ver­ture d’au­to­ges­tion = les vach­es sont mieux gardées.

Gud­ule