La Presse Anarchiste

L’intégration imaginaire du prolétariat

Le débat s’est cen­tré sur l’am­biva­lence des fonc­tions assumées par « l’imag­i­naire social » : cet imag­i­naire fonc­tionne-t-il dans le sens de l’in­té­gra­tion du pro­lé­tari­at au sys­tème, ou bien joue-t-il au con­traire un rôle révo­lu­tion­naire, peut-il être un fac­teur de rupture ?

À par­tir de là, la dis­cus­sion s’est effor­cée de déter­min­er ce qu’est cet imag­i­naire social, com­ment il s’ar­tic­ule avec la posi­tion de classe (définie au niveau de la struc­ture sociale), quel rap­port il y a entre imag­i­naire, idéolo­gie, illu­sion, fausse con­science, incon­scient, irra­tionnel. Tous ces ter­mes se rat­tachant à des sché­mas con­ceptuels, à des sys­tèmes d’ex­pli­ca­tion dif­férents, les divers­es inter­ven­tions ont porté sur la posi­tion mène du prob­lème dans le texte ci-dessus [[Dans le texte ci-dessus. il est énon­cé que s’il y a décalage entre la posi­tion d’une classe et la per­cep­tion que cette classe en a, c’est parce qu’in­ter­vi­en­nent des phénomènes ayant à voir avec les représen­ta­tions et avec l’imag­i­naire. Mais sur la façon dont cet imag­i­naire fonc­tionne dans le sens de l’in­té­gra­tion, et par­fois dans le sens de la rup­ture, peu d’é­clair­cisse­ments nous sont don­nés.]], sur la recherche d’une artic­u­la­tion pos­si­ble entre ces notions, d’un champ qui leur soit com­mun, d’ex­em­ples his­toriques révélateurs.

Dans la prob­lé­ma­tique du texte, si l’ex­em­ple cité de la Révo­lu­tion française est clair, en ce qui con­cerne le décalage entre une, ou des class­es exclues du sys­tème (alors que la bour­geoisie s’empare seule du pou­voir), et la non-per­cep­tion de cette exclu­sion du fait du sys­tème de représen­ta­tions qui se met en place (égal­ité, lib­erté, suf­frage uni­versel…) — on ne voit pas bien néan­moins s’il s’ag­it dans ce cas de l’idéolo­gie, ou de l’imag­i­naire, ou bien des deux à la fois ; on peut seule­ment observ­er que ces mécan­ismes sont de toute façon intégrateurs.

Com­ment l’idéolo­gie et l’imag­i­naire social s’ar­tic­u­lent-ils ? On sait effec­tive­ment que si la sit­u­a­tion de classe, l’ex­ploita­tion, la dom­i­na­tion, peu­vent n’être pas perçues, c’est parce que l’idéolo­gie dom­i­nante est là pour les mas­quer ; c’est un des traits de la société cap­i­tal­iste ; on sait d’autre part que cette pro­duc­tion de « fausse con­science » ne passe pas pas seule­ment par le dis­cours rationnel (ou. pseu­do-rationnel), mais qu’elle joue aus­si sur des mécan­ismes irra­tionnels, de l’or­dre de l’inconscient.

Si l’on définit « l’imag­i­naire social » comme un ensem­ble de représen­ta­tions vécues, plus ou moins con­scientes, on a affaire alors à une notion que recoupe ce qu’on appelle « idéolo­gie », et qui a par­fois la con­no­ta­tion « d’il­lu­sion », ou de « fal­si­fi­ca­tion »… Ce qui lais­serait sup­pos­er, par l’emploi de ce terme, qu’il y a d’une part une réal­ité « objec­tive » (des class­es antag­o­nistes) et d’autre part l’idée qu’on s’en fait, la représen­ta­tion sociale plus ou moins illu­soire, imag­i­naire ou idéologique.

Or il est cer­tain que la réal­ité s’an­cre à la fois dans la matéri­al­ité et dans l’imag­i­naire, et que les représen­ta­tions, les sig­ni­fi­ca­tions sont aus­si « réelles » que ce qui les sous-tend. D’où la néces­sité de renon­cer à l’idée sim­pliste qu’il suf­fi­rait de dis­siper ces « illu­sions », ces représen­ta­tions idéologiques ou imag­i­naires, pour que la sit­u­a­tion « réelle » appa­raisse dans toute sa vérité. Or le décryptage, ou la démys­ti­fi­ca­tion de l’idéolo­gie dom­i­nante, ne con­duisent pas for­cé­ment à la prise de con­science révolutionnaire…

Quant à l’imag­i­naire, quel rôle peut-il jouer dans la rup­ture révo­lu­tion­naire ? Glob­ale­ment, les exem­ples his­toriques sem­blent lui assign­er plutôt un rôle inté­gra­teur, con­ser­va­teur, une fonc­tion idéologique de résis­tance à la rup­ture ; mais il peut par­fois être por­teur de révolte, d’op­po­si­tion à l’or­dre établi ; faut-il dire alors, devant cette ambiva­lence, que l’imag­i­naire révo­lu­tion­naire serait refoulé ?