La Presse Anarchiste

L’amour véritable

Qu’est-ce que l’amour véri­ta­ble ? ― Est-ce de ne bais­er qu’une seule bouche ?

Est-ce de se repos­er sur un sein unique ? De ne soupir­er que pour une seule caresse ?

Est-ce d’oc­cu­per dans une seule âme la place d’une idole ?

Est-ce de pos­séder, de détenir un cœur humain pour soi, tout seul, à part ?

Est-ce là l’amour véri­ta­ble ? Peut-être, mais pas pour moi, cependant.

L’amour véri­ta­ble, pro­fond, me paraît être ceci : C’est d’être réelle­ment en amour, ce que je parais ; c’est qu’on puisse tou­jours faire fond sur moi quand même les années fuiraient.

Telle une baie sûre où mes dif­férentes amours pour­raient à l’an­cre repos­er en paix, cer­taines d’un amour cor­re­spon­dant qui persistera.

C’est de dire la vérité sim­ple, ten­drement ― est-ce que l’amour pour­rait décevoir la souf­france d’une femme ?

C’est de me mon­tr­er tou­jours franc et ouvert pour les cœurs que j’affectionne.

Cela, quoique celles que j’ai­ment puis­sent puis­sent en aimer d’autres que moi.

Bien qu’elles puis­sent bais­er d’autres lèvres que les miennes ;

Quand même leur amour pour moi n’oc­cu­perait pas la pre­mière place, mon amour pour elles ne doit pas en être moindre.

Les objets qu’ai­ment celles que j’aime provo­quent ma sym­pa­thie la plus vive.

Si elle ne changent pas à mon égard, pourquoi le ferai-je ? Et lorsque dans un élan d’amour elles m’ap­pelleront, je répondrai : Me voici.

L’amour véri­ta­ble, le libre et vaste amour, c’est de pou­voir compter sur la ver­tu de l’amour.

J. William Lloyd