La Presse Anarchiste

Existe-t-il un problème national ?

Aujourd’hui
des bombes explosent quo­ti­di­en­nement, des trains saut­ent, des
mil­i­taires sont harcelés, des hommes vivent dans l’illégalité
à Chypre comme en Algérie, comme en Irlande. Les mêmes
rumeurs vien­nent à peine de s’étein­dre au Maroc, en
Tunisie, au Viet­nam, en Indonésie. Les révo­lu­tions de
Pologne et de Hon­grie avaient elles aus­si un même but :
l’é­man­ci­pa­tion nationale des peuples.

Ce
com­bat intéresse-t-il les lib­er­taires ? On pour­rait en
douter à voir la méfi­ance que beau­coup éprouvent
envers ce qui n’est pas directe­ment lié à la
pré­pa­ra­tion de la révo­lu­tion sociale et du communisme
lib­er­taire. Ce faisant ils risquent de nég­liger quelques-uns
des mou­ve­ments pop­u­laires les plus pro­fonds, les plus rich­es de
pas­sion et de révolte con­tre l’in­jus­tice, l’oppression,
l’exploitation.

Cette
atti­tude dis­tante de l’a­n­ar­chisme vis-à-vis des luttes
nationales vient de l’am­biguïté même du con­cept de
Nation et de l’in­com­pat­i­bil­ité fon­cière entre
Anar­chisme et Nationalisme.

Qu’est-ce
qu’une Nation ? un peu­ple qui se donne un État, qui
adhère à cet État
C’est-à-dire exacte­ment le con­traire de ce que font les
anarchistes.

Qu’est-ce
que le nation­al­isme ? c’est l’ex­al­ta­tion du par­tic­u­lar­isme, la
haine et le mépris organ­isés de tout ce qui est
étranger. Alors que l’a­n­ar­chiste est uni­ver­sal­iste, et doit
avoir une con­science mon­di­ale non nationale, ouverte à ce qui
est l’homme sous toutes ses formes.

Mais
Nation, Nation­al­isme, Nation­al­ité sont des idées et des
mots récents ignorés jusqu’aux temps mod­ernes. Nous
cher­chons dans cette étude à expli­quer leur vogue et
leur force actuelles.

Noir
et Rouge