La Presse Anarchiste

Post-scriptum

Les
textes que nous avons groupés dans ce numéro ne
con­stituent pas une étude sur le prob­lème du
Par­lemen­tarisme et des Élections.

En
les réu­nis­sant nous avons voulu rap­pel­er que ce problème
existe…


que c’est à par­tir du moment où ils com­men­cent à
se préoc­cu­per du Par­lement que les marx­istes cessent
d’être révo­lu­tion­naires et que les anar­chistes cessent
d’être anarchistes.

…que
c’est tant que les peu­ples con­tin­u­ent — si peu que ce soit — à
atten­dre du Par­lement une amélio­ra­tion de leur sort, qu’ils
demeurent indisponibles à la sou­veraineté que, seule,
la Révo­lu­tion lib­er­taire peut leur accorder.

Mous
avons tenu aus­si à illus­tr­er un court pas­sage de la
Déc­la­ra­tion de Principes des Groupes Anarchistes
d’Ac­tion Révolutionnaire :

« L’É­tat
est, par nature, un instru­ment de dom­i­na­tion et ne peut servir, de ce
fait, au pro­grès social. On a essayé de l’u­tilis­er en
Russie, pour une péri­ode “tem­po­raire de tran­si­tion”. Les
résul­tats ont été désastreux.

L’ac­tion
par­lemen­taire et la par­tic­i­pa­tion directe aux élec­tions dans
le sys­tème actuel ne ser­vent qu’à dis­traire l’attention
et les efforts des exploités du com­bat de classe con­tre leurs
exploiteurs. L’ac­tion directe est la seule arme effi­cace des
exploités.

Au
cours de la Révo­lu­tion espag­nole, les véritables
objec­tifs ont été per­dus de vue, parce que l’on a
accordé à l’u­nité une impor­tance hors de
pro­por­tion, par rap­port au but pour­suivi. La col­lab­o­ra­tion avec les
politi­ciens répub­li­cains et stal­in­iens, au sein du
gou­verne­ment, a provo­qué la liq­ui­da­tion des comités
révo­lu­tion­naires et a fait per­dre au peu­ple son moral. Elle a
fait échouer la Révo­lu­tion, et, avec elle, la guerre
con­tre le fas­cisme. » (Chapitre III, La révo­lu­tion et
l’État).

Nous
ajouterons, ques­tion de détail, que l’ab­sten­tion électorale
n’est pas pour nous un but en soi et ne saurait constituer
irréfutable­ment une preuve de « l’op­po­si­tion populaire »
qu’at­ten­dent cer­tains au lende­main de chaque élec­tion. Par
con­tre, l’ab­sten­tion nous sem­ble découler sim­ple­ment de
l’at­ti­tude de ceux qui ont choisi la voie révolutionnaire,
donc l’autre voie.

Cette
« autre voie » nous amèn­era tout naturelle­ment à
envis­ager la ques­tion cru­ciale : celle du pou­voir ouvri­er (comme
dis­ait Berneri). Même si l’on appelle cela autrement, il reste
que vilipen­der les gou­verne­ments est bien, voir ce que les
lib­er­taires pour­raient met­tre à la place est mieux. C’est un
prob­lème dif­fi­cile, l’ensem­ble du mou­ve­ment anar­chiste doit le
réétudier.

Noir
& Rouge